Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Les services offerts Comment adhérer au club Contactez-nous

Photo: D.R.

Public
Averti
Humour
Grinçant
Sujet
Difficile
Convient aux ados
Oui

NUIT JUSTE AVANT LES FORÊTS (LA)
(moyenne sur 5 notes)
SEUL-E EN SCÈNE texte Bernard-Marie Koltès, mise en scène Matthieu Cruciani, avec Jean-Christophe Folly.
Face au chaos du monde et de la nuit, la verve rageuse et tendre de Bernard-Marie Koltès interprétée par le comédien Jean-Christophe Folly.
THÉÂTRE DES QUARTIERS D'IVRY - Manufacture des Œillets
1 place Pierre Gosnat
94200 IVRY-SUR-SEINE
M° Station Mairie D'Ivry
Tél: 01 43 90 11 11
Web: www.theatre-quartiers-ivry.com

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
Le spectacle s'est joué dans ce lieu du 22/03/2022 au 26/03/2022.
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Durée 1h25.

CONDITIONS ADHERENTS
Pour voir les conditions sur ce spectacle et réserver, connectez-vous avec votre compte :
Accès adhérent

VOUS N’ÊTES PAS ENCORE ADHÉRENT ?
Renseignez vous sur « Les services offerts » ou appelez-nous au 01 43 72 17 00
et profiter d’invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à -70%) sur tous nos spectacles.
Voir comment adhérer
Notes des adhérents
4
0
0
0
1
Derniers commentaires des adhérents
Stéphane G. a écrit le 29/03/2022 à 13h58
      Note =
    "La nuit juste avant les forêts" est une magnifique adaptation théâtrale d'un texte de Bernard-Marie Koltès. Un texte de haute voltige d'une rare sensibilité, avec un grand recul sur la vie et une soif d'idéal. Jean-Christophe Folly, par son interprétation, incarne avec brio la fragilité du personnage, son désespoir, ainsi que la révolte d'un homme sans toit. Il déverse un flot de paroles en rapport avec sa vie, et sa solitude. Dans une tonalité emplie à la fois de haine, de tendresse, de finesse et de beauté, on sent chez ce personnage un vécu certain. Il a le verbe haut, du recul sur la vie, les hommes, l'amour et la société. Le personnage est extrêmement attachant, et multiples sont les émotions qu'il nous fait traverser. La mise en scène de Matthieu Cruciani transcende le jeu du comédien par son impressionnante justesse. La musique métallique, froide et lancinante, vient ponctuer ce monologue. Le jeu de lumières aide également à rendre ce lieu aussi hostile que la réalité, sans parler du décor glacial de réalité. Cette adaptation, d'une grande précision, est une véritable symbiose théâtrale, entre un metteur en scène qui ne laisse rien au hasard et un comédien qui excelle dans son art, tant il est habité par son personnage. Très intense et inoubliable.
Michelle G. a écrit le 26/03/2022 à 22h51
    Note =
    Très grande performance de l acteur et pièce très contemporaine
psylvia a écrit le 18/03/2022 à 01h26
    Note =
    Il a surgi devant moi, l'étranger, comme si je le croisais réellement au coin d'une rue de banlieue, sous un pont, sous la pluie.Je me suis arrêtée pour l'écouter. Il s'est adressé à moi, dans un long monologue chaotique, m'a parlé de lui, de son monde, de sa fuite, de sa recherche d'un toit pour s'abriter. Il m'a entrainée dans son flot de paroles pathétiques, mais je n'ai pu qu'écouter son appel à l'aide, son désespoir, son besoin d'amour, aussi, sans pouvoir lui répondre. Cette interprétation bouleversante, m'a fait cruellement prendre conscience que ces cris, au réel, bien souvent je ne m'arrête pas pour ne pas les entendre, au contraire j'accélère le pas pour les éviter, les ignorer ... ll ne pleuvait pas à la sortie du théâtre, mais il faisait froid et j'en ai croisé d'autres, dans d'autres "décors" ... Je me suis repris son appel en pleine figure, j'ai eu honte .
Oana C. a écrit le 17/03/2022 à 22h58
      Note =
    À la lisière entre le clair et l'obscur, au milieu de nulle part ou d'une partie de la nuit seulement, sous un pont ou dans un interstice urbain laissé à l'abandon, à la nuit tombante qui va tout entraîner dans sa chute, et malgré la pluie qui ôte ses moyens, il se tient debout, s'avance avec espoir vers l'autre, lutte encore, rêve toujours, imagine que tout est possible, la fraternité et l'amour, fonder un syndicat international, aimer une femme, avant de franchir l'orée d'une forêt faite de silence, avant de tomber à genoux, avant que quelque chose en lui ne se mue irrémédiablement en haine, avant qu'il ne bascule sèchement dans la violence ou la mort, lui, l'étranger qui aurait tant cherché "quelqu'un qui soit comme un ange au milieu de ce bordel".
    La performance de Jean-Christophe Folly est transperçante d'amour inassouvi, elle dégage une force insondable et cette espèce de lumière brûlante à vous liquéfier les os. Une référence à l'encre indélébile consacre l'espace de Koltès.
Haut