Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


“Camille C.”
de l’amour à la folie
Le Théâtre de l'Œuvre ressuscite Camille Claudel. Un théâtre musical qui chante l'amour à la folie.
En Camille Claudel se mêlent le talent, la passion et la folie. Le drame musical de Jonathan Kerr restitue toute la complexité de cette femme troublante de beauté, de talent et esclave de sa passion. L'écriture des dialogues, des chansons, la composition musicale sont le squelette d'un opéra intime et populaire à quatre comédiens, que leurs qualités d'interprètes et la mise en scène transcendent. Camille C. n'est pas une comédie musicale à tubes sur bande-son à grands effets. Sur la petite scène du Théâtre de l'Œuvre, devant un fond sobre d'où apparaissent et disparaissent les personnages, la vie de cette femme rongée par sa passion pour Rodin qui ne trouve d'assouvissement que dans la sculpture et s'expie dans la folie, s'expose. Une danseuse plantée sur un socle personnifie les œuvres sculptées et leur donne vie ou les fige de manière saisissante. L'auteur compositeur Jonathan Kerr endosse le personnage de Rodin, Annick Cisaruk et Sophie Tellier sont des Camille aux deux âges différents de la vie, Vincent Heden introduit le propos et joue le rôle de Paul Claudel, le frère. Avant d'être un nom de la sculpture, Camille est une honte pour sa famille, torturée par la folie et l'amour de Rodin, le drame de sa descente aux enfers nous atteint. Un regard sur l'art et la vie de cette femme, tout à fait inattendu, accompagné au seul piano.
Zoom par François Varlin
Paru le 07/03/2005

-
Haut