Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Pétronille de Saint-Rapt
Après "Hugo, la voix du peuple" montée en 2002, Michel de Maulne s'était promis de réunir de nouveau les trois comédiennes. Voilà donc chose faite avec "Judith" (de Claude-Henri Rocquet), pièce inspirée de la Bible qui réunit, sur la scène du Théâtre Molière : Sabeline Amaury, Bérengère Dautun et Pétronille de Saint-Rapt. L'occasion pour nous de rencontrer cette dernière.
Ne cherchons pas du côté des clichés, elle n'a rien d'une aristo snob et coincée. Plutôt rigolote, assez bavarde, très vivante, franchement spontanée, Pétronille de Saint-Rapt (Pétro pour les intimes) est une jeune femme de 33 ans toute simple qui, il y a une dizaine d'années, a compris que le métier de comédienne la rendrait plus heureuse que celui d'avocate auquel elle se préparait avant d'entrer au Cours Florent.
Officiellement haute de 1,55 m (son agent vous le jurera !), elle avoue, en fait, mesurer trois centimètres de moins, "sans talons". "C'est peut-être ma petite taille", confie-t-elle, "qui m'a donné l'envie, d'être écoutée, entendue, regardée". Cette caractéristique physique l'a souvent orientée, à ses débuts, vers des personnages d'anges et autres lutins. Lassée par ce cantonnement, Pétronille de Saint-Rapt hésite alors à se rendre au casting du Sabotage amoureux d'Amélie Nothomb, lorsqu'elle apprend que l'on cherche une comédienne pour jouer une enfant. N'ayant rien d'autre à faire ce jour-là, elle décide finalement d'aller passer les essais. Grand bien lui en prend puisque, non
seulement elle décroche le rôle, mais celui-ci lui vaut une nomination aux Molière 1999 comme révélation théâtrale.

Didier RAS de Nathalie Saugeon, Angela et Marina de Nancy Huston, elle aime particulièrement interpréter des pièces contemporaines, "trouve toujours magique de jouer des rôles dont les auteurs sont dans la salle". Elle a d'ailleurs elle-même écrit C'est comment là-haut, texte sur "la difficulté de grandir, de devenir adulte", qu'elle a incarné à l'Aktéon, puis au dernier Festival d'Avignon, et qu'elle rêve de reprendre un jour à Paris (avis aux producteurs !).
Récapitulons : Pétronille de Saint-Rapt joue la comédie et écrit. Mais cette boulimique d'expériences et de rapports humains n'allait pas s'arrêter là.
Contactée par l'administration de son ancienne école, elle accepte d'y jouer les professeurs. "J'aime profondément mes élèves", déclare-t-elle, enthousiaste. "C'est magnifique de transmettre quelque chose. Mais j'apprends également beaucoup d'eux, parce qu'ils ont encore cette liberté, cette légèreté que l'on a tendance à perdre lorsqu'on pratique ce métier. Pour moi, être à la fois comédienne et donner des cours, c'est un bel équilibre."

"Judith" : l'histoire
"Dans un décor de ruine, trois femmes cohabitent en attendant la fin des hostilités entre leur camp. Une ONG perdue dans cette inextricable tragédie où le bon sentiment n'a plus sa place, une jeune Israélienne venue des kibboutz rescapés, sûre d'elle et de son choix et, la suivant comme son ombre, sa servante palestinienne. Les trois personnages s'observent, se servent et se décrivent." Michel de Maulne
Portrait par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 15/01/2005

-
Haut