Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Crush
© Simon Mein


Des films à découvrir
Crush, le club des frustrées
de John McKay avec Andie MacDowell, Kenny Doughty, Imelda Staunton
Alors qu'elle se croyait à peu près revenue de tout - et en particulier de la gent masculine -, Kate, la quarantaine épanouie, redécouvre l'amour fou et ce plaisir que l'on dit charnel dans les bras séduisants de l'un de ses anciens élèves. Ses, désormais, ex-compagnes de célibat forcé voient cette liaison d'un (nécessairement) mauvais œil et cherchent à mettre en garde leur amie. Humour à vif, répliques cinglantes, situations cocasses... le cinéma anglais atteste une fois de plus de sa vitalité et son indéniable sens de la tendresse caustique. À savourer entre copines bien évidemment.
Sortie le 26 novembre.

Kill Bill : volume 1
de Quentin Tarantino avec Uma Thurman, David Carradine, Lucy Liu...
Abattue le jour de son mariage par Bill, un mystérieux tueur, une jeune femme en réchappe de peu et jure de se venger de ses meurtriers. Elle s'initie pour cela au sabre japonais et devient une redoutable combattante. Hommage tonique et saignant aux films de Bruce Lee et de Hong Kong, Kill Bill marque le retour de Quentin Tarantino, l'enfant terrible du cinéma américain. Cette première partie - hormis un début un rien laborieux - trouve vite sa vitesse de croisière et nous offre quelques-uns des plus époustouflants et sanglants combats à l'arme blanche que l'on ait vus depuis longtemps. Vivement la suite !
Sortie le 26 novembre.

Un rêve algérien
de Jean-Pierre Lledo avec Henri Alleg.
Ce documentaire centré sur le retour en Algérie de Henri Alleg, figure emblématique de la lutte pour l'indépendance, est un portrait à la fois pudique et touchant d'un homme, mais aussi d'un engagement humaniste. Torturé par les parachutistes français, témoin de l'exécution de ses proches, ce journaliste fortement engagé pour l'autonomie de l'Algérie faillit mourir pour un pays qui n'était pas le sien. En allant à la rencontre des autres survivants, le metteur en scène reconstruit tout un pan de l'histoire. Son film, émouvant du début à la fin, rend à ces hommes et à ces femmes un peu de cette justice que la raison d'État et l'histoire officielle leur refusent depuis toujours.
Sortie le 26 novembre.


Calendar Girls
de Nigel Cole
avec Helen Mirren, Julie Walters...
Dans le but d'offrir un canapé pour la salle d'accueil d'un hôpital où le mari de l'une d'entre elles est décédé des suites d'un cancer, onze femmes d'une cinquantaine d'années décident de poser nues pour un calendrier patronal. Tiré d'une histoire vraie, cette success story, sorte de Full Monty au féminin, s'inscrit dans la lignée des grandes comédies anglaises de ces dernières années. Très finement écrit, sublimement joué par un couple-vedette détonant et inoubliable (les formidables Helen Mirren et Julie Walters), Calendar Girls est une comédie qui mettra vos zygomatiques à rude épreuve tout en vous faisant subrepticement écraser une larme au coin de l'œil. À ne pas manquer.
Sortie le 3 décembre.

Thirteen
de Catherine Hardwicke
avec Holly Hunter, Evan Rachel Wood, Nikki Reed...
Sur un sujet plutôt déjà vu, le metteur en scène Catherine Hardwicke, et sa jeune scénariste Nikki Reed (qui tient par ailleurs l'un des rôles principaux), offrent un portrait étonnamment juste de l'adolescence difficile (pléonasme ?) américaine. Conflits de générations, désirs d'indépendance mal formulés, premières amours, quête de modèles... Tracy franchit avec difficulté le cap allant de l'enfance protégée au monde des adultes. À l'écart des sempiternels clichés et d'une morale consensuelle, le film offre quelques superbes portraits de femmes, servis par une distribution sans faute où se révèle la débutante Evan Rachel Wood et se confirme le talent d'Holly Hunter.
Sortie le 3 décembre.

In the Cut
de Jane Campion
avec Meg Ryan, Jennifer Jason Leigh.
La cinéaste australienne, auteur de La Leçon de piano et de Portrait de femme s'attaque cette fois au thriller. Mais ce serait sous-estimer ses talents de cinéaste que d'imaginer qu'elle se conforme aux règles convenues du genre. Fascinée une fois encore par les mystères de la sexualité féminine, elle nous invite à une envoûtante plongée dans les fantasmes d'une enseignante attirée par un policier enquêtant sur un meurtre ayant eu lieu près de son domicile.
Faux-semblants, fascinations morbides et sensuelles, le labyrinthe dans lequel Jane Campion engage son héroïne et le spectateur est à la fois réel et mental. Un suspense à couper le souffle.
Sortie le 17 décembre.

Lost in Translation
de Sofia Coppola
avec Bill Murray, Scarlett Johansson
Quelque peu perturbés par le décalage horaire et culturel, deux Américains de passage au Japon se rapprochent. Lui, un comédien célèbre venu tourner une pub et elle, jeune épouse d'un photographe à la mode et "overbooké", comblent leurs mutuelles solitudes et retrouvent peu à peu, grâce à cette amitié pudique, un nouveau sens à leur existence. Après le tragique Virgin Suicides, Sofia Coppola confirme la spécificité de son écriture à travers cette subtile comédie sur les sentiments. Un film en stand-by, drôle et poignant à la fois.
Sortie le 7 janvier.
Dossier par Xavier Leherpeur
Paru le 15/11/2003

-
Haut