Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Hervé Devolder
La Grande Petite Mireille
Marie-Charlotte Leclaire n'avait pas 10 ans qu'on la comparait déjà à la chanteuse Mireille ! Usant de sa ressemblance avec l'interprète du « Petit Chemin », elle signe aujourd'hui, avec la complicité d'Hervé Devolder, un pétillant spectacle musical à trois voix qui nous plonge dans la grande époque du music-hall français.
Comment Marie-Charlotte Leclaire et ce spectacle sont-ils arrivés dans votre vie ?
J'ai joué pour la première fois avec Marie-Charlotte en 2009 sous la direction d'Alain Sachs dans "La Vie parisienne." Nous nous sommes retrouvés en 2013 pour un autre spectacle d'Alain Sachs, "Tout Offenbach ou presque", avant de nous rapprocher sur le plan amical il y a environ trois ans. Marie-Charlotte m'a alors proposé de co-écrire un spectacle sur Mireille. Ce qui était une excellente idée car, mine de rien, cette petite bonne femme extraordinaire a apporté le swing dans la chanson française !

Comment avez-vous choisi de nous parler de Mireille ?
Marie-Charlotte incarne une chanteuse qui vient passer une audition pour jouer Dalida. Le directeur de casting lui reproche de lui faire perdre son temps car elle n'est pas du tout dans son registre ! Mais son physique et son timbre de voix lui rappellent Mireille qu'elle ne connaît pas. Il décide alors de lui raconter qui fut Mireille et, sans s'en rendre compte, elle va finir par l'incarner. Avec Adrien Biry-Vicente, nous jouons tous les personnages satellites autour de Mireille - aussi bien les hommes que les femmes ! -, à savoir Maurice Chevalier, Jean Sablon, Yves Montand, Alain Souchon ou encore Françoise Hardy. Nous chantons, jouons du piano et dansons tous les trois. En tant que spécialiste du théâtre musical, j'ai veillé à ce que les chansons, comme dans une comédie musicale, servent le propos. Le spectateur pourra entendre "Couchés dans le foin, Petit Chemin qui sent la noisette, Puisque vous partez en voyage" et quelques titres méconnus qui disent beaucoup du parcours de Mireille. Les lumières magnifiques de Denis Koransky et les merveilleux costumes de Jean-Daniel Vuillermoz nous transportent dans des salles de concert, en pleine nature...

D'où vient votre goût pour la comédie musicale ?
Comme beaucoup de gens dans notre métier, j'ai une prédilection particulière pour la fiction, avec un désir de fabriquer une vie idéale sur un plateau. Un film comme "Les Demoiselles de Rochefort" me parle intensément : chaque seconde du film est un hommage à la vie. Et j'aime vivre des moments magiques ! Si notre métier d'artiste peut servir à dénoncer des horreurs et des injustices, nous nous devons aussi de proposer des modèles de vie idéale pour justement repousser ces horreurs, comme j'ai essayé de le faire avec "Chance". Je crois qu'insuffler de la joie et de la bonne humeur a une influence positive dans les relations humaines et peut inciter nos contemporains à retrouver le chemin du partage !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 25/05/2019

-
Haut