Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Philippe Calvario
La Double Inconstance
Deux amants, Sylvia et Arlequin, s'étaient jurés un amour éternel. Mais un prince, épris de Sylvia, ourdit un plan diabolique avec la vénéneuse Flaminia pour détruire leur amour. C'est ainsi, à la manière d'un conte, que Philippe Calvario s'est emparé de ces liaisons dangereuses marivaudiennes.
Le propos de Marivaux est-il de témoigner, comme Choderlos de Laclos, d'une volonté délibérée de certains êtres (déchus) de détruire l'amour, par jalousie ou désir de possession ?
C'est une des principales questions posées par la pièce mais Marivaux ne donne pas de réponse. Il l'écrit au début de la Régence quand le monde change, s'inverse, sous l'impulsion du libertinage, et il fait état de ce changement. N'aime-t-on que ce que l'on ne peut avoir ? Un certain pouvoir nous donne-t-il le droit de détruire des sentiments sincères pour satisfaire notre propre désir ? Le personnage du prince est le plus complexe : on ne sait s'il aime vraiment ou s'il est aliéné par son désir. Je penche plutôt vers la deuxième hypothèse, ce qui n'augure pas d'une issue lumineuse.

Quel regard allez-vous poser sur ce classique ?
Je souhaite utiliser l'esthétisme du conte, un conte sobre avec une fin amère où tous les personnages deviennent les jouets des uns des autres. Le décor allie la modernité des matériaux (plexi métal) à la sensualité des éléments organiques (mur végétal, terre sur le plateau). Les clairs-obscurs des lumières de Bertrand Couderc et le son électro rampant et liquide de Christian Chiappe renforcent cette atmosphère mystérieuse. Les costumes racontent en partie le XVIIIe siècle. J'ai envie d'illustrer le chaos révolutionnaire, le choc du mélange : à la fin de notre conte, la végétation aura peu à peu recouvert le plateau et l'architecture verticale sera peu à peu avalée par un monde sauvage et désorganisé. Ce qui précisément arrive quand « ceux qui ne sont pas honorables sont honorés ». N'est-il pas salutaire de faire résonner, aujourd'hui, ce genre de maxime ?
Interview par Alain Bugnard
Paru le 04/03/2019

-
DOUBLE INCONSTANCE (LA)
THEATRE 14 JEAN-MARIE SERREAU
Jusqu'au samedi 20 avril

C. DRAMA. Tout avait commencé par un pacte d’amour. Deux amants, Sylvia et Arlequin voulaient protéger leur passion. Mais le jeune prince, cousin éloigné d’Edouard aux mains d’argent, tombe fou amoureux de Sylvia. La loi de son pays interdit de la prendre par la force, alors avec l’aide de trois complices :...


Haut