Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


“Week-end en ascenceur”
Ascenseur pour l’échafaud
Quatre personnes bloquées en début de week-end dans un ascenseur, ça augure de chaudes heures dans cet espace confiné de quelques mètres carrés. Vous ne serez pas déçus.
Deux filles, deux garçons, ça en fait des possibilités, surtout quand la promiscuité d'un ascenseur les oblige à passer du temps ensemble. Seulement, ce n'est pas de tension érotique qu'il s'agit, mais de tension tout court. Entre Yvette, l'épouse d'un obscur rond-de-cuir gouvernemental, Gérard, le presque policier, Le Guen, le concepteur de l'ascenseur réputé ne jamais tomber en panne, et Roxane, l'étudiante en droit qui va finir par tout faire de travers, il va y avoir du sport. Et pour cause, puisqu'un meurtre va être commis alors que notre dream team est cloisonnée dans sa prison d'aluminium. Il va donc falloir mener l'enquête avec le peu de moyens d'investigation que peut offrir ce lieu exigu.

Cette comédie policière est la première pièce écrite par Jean-Christophe Barc en 1993. Elle avait notamment été jouée au Festival d'Avignon, au Mélo d'Amélie et au Montmartre Galabru. Il a su travailler sur tous les aspects de l'ascenseur et notamment la musique... la fameuse musique d'ascenseur. Les intermèdes musicaux ne manquent pas et ils sont autrement plus dynamiques que les lénifiantes notes de xylophone diffusées traditionnellement. La pièce offre également des solutions pour tous ceux qui ne savent pas comment tuer le temps, notamment le mikado de spaghettis. Week-end en ascenseur se joue au Théâtre d'Edgar, dans le quartier Montparnasse : vous ne regarderez plus la tour de la même façon.
Zoom par Frédéric Maurice
Paru le 15/09/2003

-
Haut