Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© William K


Mikaël Chirinian
Au Cœur de l’identité
Mikaël Chirinian fera la réouverture du Théâtre Lepic, anciennement Ciné théâtre 13, avec deux spectacles. En première partie de soirée à 19h30, il proposera son dernier seul en scène «L'Ombre de la Baleine», co-écrit avec Océan, qui jouera les samedis «Chatons violents». En soirée se donnera la comédie de Rudy Milstein «J'aime Valentine». Une carte blanche pour ce bel artiste.
Signe du destin, c'est en Avignon que nait Mikael Chirinian. A l'âge de 6 ans ses parents l'emmènent voir un spectacle de danse de la chorégraphe Pina Baush et un spectacle d'Ariane Nouchkine. On comprend mieux, après ces deux chocs culturels, l'exigence de l'artiste. A 18 ans, l'année du bac, il monte à Paris auditionner dans les cours de théâtre et il choisit le cours Périmony. Pendant son cursus, il est engagé dans le cadre du festival d'Automne pour le spectacle «L'Enterrement à sabres» de Bernard Manciet, mis en scène par Hermine Karagueuz. 5000 mille vers partagés à deux à la Maison de la poésie. Cette expérience va être capitale car elle lui fait comprendre que l'expression théâtrale est multiformes.

A partir de ce spectacle, tout s'enchaine, projets après projets. En 2001, il joue dans "Kvetch" de Steven Berkoff, une pièce formidable mise en scène par Adrien de Van qui va vite devenir un complice indéfectible.

Cependant, une envie le taraude, jouer un seul en scène. Le premier texte choisi est «Rapport sur moi» de Grégoire Bouillier. Il le jouera pendant deux saisons. Anne Bouvier, partenaire sur une tournée, lui propose de le mettre en scène. Il accepte et cette première collaboration va perdurer. Suit «La Liste de mes envies» d'après le roman homonyme de Grégoire Delacourt en 2013. La force du comédien, c'est de jouer le rôle d'une femme et de nous faire oublier, sans artifice, que c'est un homme qui le joue. Aujourd'hui, il propose «L'Ombre de la baleine», un projet plus personnel qui se nourrit de sa propre histoire. Le spectateur va suivre deux histoires en un spectacle. L'enfance du personnage et parallèlement la tragédie poétique de Moby Dick.

Pour cette aventure, il s'est allié l'auteure Océan du spectacle «La Lesbienne invisible». Ensemble, ils ont construit minutieusement cette fable sur le regard que porte un enfant sur le monde, son questionnement au sein de la famille, considérée tel un vaisseau qui nous permet d'avancer dans la vie. D'où la corrélation avec la quête du capitaine chassant la baleine sur un autre vaisseau. La collaboration artistique sur les "seul en scène" avec Anne Bouvier est devenue essentielle et un quatrième projet est déjà en cours.

«J'aime Valentine» de Rudy Milstein est également une pièce sur l'identité, les origines. "Comment se débrouille-t-on avec son héritage" en est le thème. Avec ses mots, son humour, l'auteur se questionne lors d'une rencontre amoureuse sur la sexualité, la religion, la vie.

La carte blanche offerte à Mikael Chirinian sera une ode à la réflexion sur le parcours de l'homme et son identité auquel nous sommes tous confrontés un jour ou l'autre.
Portrait par Bruno Perroud
Paru le 24/12/2018

-
OMBRE DE LA BALEINE (L')   (20 notes)
THÉÂTRE LEPIC
Jusqu'au dimanche 27 janvier

TEXTES. Après Rapport sur moi et La Liste de mes envies, Mikaël Chirinian s'inspire de Moby Dick pour vous entraîner avec tendresse et sensibilité dans les eaux troubles des rapports familiaux. Seul en scène, il incarne ici les différents membres d'une même famille confrontée à l'irruption de la folie. Un...


Haut