Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Giovanni Cittadini Cesi


« Si c’est vrai que Dieu est dans le ciel…»
ou « Laïka » le tableau d’une société, au théâtre du Rond-Point
Au théâtre du Rond-Point se joue actuellement « Laïka », un texte et une mise en scène d'Ascanio Celestini. Une pièce sans équivalent, qui saura vous faire rire mais aussi réfléchir. Si « Discours à la nation » était une oeuvre politique, cette nouvelle pièce est plus sociétale et psychologique.
Pendant 1h15, l'acteur belge David Murgia vous tient en haleine. Parfois drôle, parfois grave, chacune de ses phrases résonne et vous touche. Son débit de parole - impressionnant - est captivant. Accompagné brillamment par l'accordéoniste Maurice Blanchy, son monologue est puissant par les mots, par les gestes et par les silences. Si David Murgia suit le texte d'Ascanio Celestini, traduit par Patrick Bebi, chaque soir il laisse place à l'improvisation. Avec brio et finesse, il fait de ce spectacle une peinture de la société, aussi noire soit-elle.

Laïka, est le premier être vivant envoyé en orbite le 3 novembre 1957, via le satellite Spoutnik 2. Laïka était une chienne errante, invisible aux yeux de tous.

« Si c'est vrai que Dieu est dans le ciel, ce jour-là, l'être vivant le plus proche de Dieu était un chien. »

Entre rire et réflexion, « Laïka » est un vrai tableau de la société. David Murgia joue plusieurs rôles. Tour à tour jeune homme alcoolique, prostituée, manutentionnaire ou encore vieille dame atteinte d'Alzheimer, il transmet, par tous ces personnages, des émotions différentes. Chacun d'entre eux est une partie intégrante de la société, mais tous sont aussi des rejetés. Le manutentionnaire va se rebeller et être licencié. Sans travail, il perdra sa famille et son toit, et terminera sa vie comme « SDF devant le supermarché ». La vieille dame, elle, personne ne l'écoute. Elle est seule, n'a plus de famille, tout le monde la croit folle. Le pilier de bar, joué par David Murgia, est l'élément central de la pièce. Plus qu'un personnage, il est le conteur. Il raconte ce qu'il voit, même si personne ne veut le croire. David Murgia demande alors à Dieu de prouver son existence. S'il existe, pourquoi n'agit-il pas ? Pourquoi n'est-il pas le Dieu des pauvres et des exclus ?

Cette pièce est populaire. David Murgia, l'alcoolique du quartier, boit un « petit rouge payé dans les règles ». Pierre joue de l'accordéon, et Yolande Morreau est la voix off. Ensemble, ils font de ce spectacle une pièce populaire et pleine de sensibilité. David Murgia et Maurice Blanchy nous entrainent dans cette histoire humaniste et noire, que l'on vous conseille vivement d'aller découvrir !
Zoom par Flammenn Jan
Paru le 23/10/2018

-
Haut