Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Éric Théobald : Plaidoiries
Seul en scène au Théâtre Antoine et dirigé par Éric Théobald, Richard Berry se glisse dans les mots de grands avocats pour nous faire revivre cinq affaires judiciaires qui défrayèrent la chronique.
Quelles sources vous ont permis de reconstituer ces plaidoiries ?
Le livre de Matthieu Aron, "Les Grandes Plaidoiries des ténors du barreau". Ce chroniqueur judiciaire a réuni dans cet ouvrage une quarantaine de plaidoiries. Il y aura celle d'Henri Leclerc sur le procès de Véronique Courjault, celle de Michel Zaoui au procès de Maurice Papon, celle de Paul Lombard au procès de Christian Ranucci. Et les plaidoiries de Giselle Halimi dans le procès de Bobigny et celle de Jean-Pierre Mignard pour celui de Clichy-sous-Bois.

Comment avez-vous demandé à Richard Berry d'aborder ces plaidoiries ?
Quand on va au restaurant et qu'on se régale, on demande rarement la recette en sortant! Ce que je peux vous dire, c'est que Richard est un immense acteur. Il travaille en s'appuyant sur le texte et comme il a une intelligence de jeu hallucinante, la personnalité de chaque avocat émerge. Mon travail consiste alors à rajouter un peu de sel par-ci par-là. En fait, tout le long des répétitions, je me suis régalé. Et puis, Richard est un homme droit : cet engagement et cette volonté de défendre l'injustice lui conviennent parfaitement.

Dans quel cadre avez-vous choisi de le placer ?
Je n'ai pas voulu faire une mise en scène réaliste. C'est un spectacle où l'on convoque des fantômes. Nous jouons sur les ombres et la lumière, et diffusons des images d'archives pour restituer l'émotion du passé. En très peu de temps, le public doit connaître les tenants et les aboutissants de chaque affaire et se positionner comme un juré, dans la même émotion du moment. Je me suis entouré d'une équipe formidable : Julie Noyat à la scénographie, Johan Chabal aux lumières, Sébastien Galiana à la musique et Mathias Delfau aux conceptions vidéo et graphiques.

Quels sont vos autres projets pour la saison à venir ?
Des projets très différents. À la rentrée, je mets en scène Marcel Amont, un dinosaure de la variété française qui nous raconte son parcours incroyable de saltimbanque ; Sandrine Sarroche pour son seul en scène au Gymnase, une personnalité à l'humour incroyable ; Isabelle Vitari et sa folie furieuse en janvier ! Et toujours mon ami et complice François-Xavier Demaison en tournée dans toute la France avec notre troisième spectacle. Je travaille aussi sur "Terreur" de Ferdinand Von Schirach, un vrai/faux procès avec vote du public/jury. Un pilote de l'aviation militaire a détruit un Boeing détourné, que des terroristes voulaient faire s'écraser sur un stade réunissant 70 000 personnes. A-t-il fait le bon choix en sacrifiant les 256 passagers ? Aurait-il dû laisser le destin agir ? Nous assisterons à son procès. Tout n'est qu'une question de choix.
Interview par Alain Bugnard
Paru le 02/10/2018

-
Haut