Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Frédéric Oudart et Brian Tabaka
Premières fois
Dans « Betty », une quadra hésite entre vie déstabilisante avec son amant de 20 ans et avenir rassurant. Cette comédie de moeurs de Carlos Bassano réunit Frédéric Oudart qui signe-là sa première mise en scène et Brian Tabaka dont c'est le premier rôle au théâtre, aux côtés de Géraldine Asselin et Emma Colberti.

Frédéric Oudart

Je l'ai rencontré pour la première fois il y a dix-huit ans. Membre de l'association Mont Blanc Culture, il dirigeait alors la boîte de nuit de St Gervais. L'artistique l'attire depuis toujours. De fait, voici quinze ans, je le revoie à la Comédie de Paris où il vient d'imposer « Le Jeu de la vérité » de et avec Philippe Lellouche et sa bande dont il commercialisera ensuite toutes les pièces.
Car Frédéric a été « parmi les premiers à développer un savoir-faire spécifique à la billetterie pour promouvoir les spectacles à travers les nouveaux réseaux » (obillet.com, créé avec son ami Alexandre Célérier). Fort de ses acquis, il reste cinq ans à "Juste pour Rire" pour y commercialiser les spectacles, tout en participant à la commission artistique.

Las, un AVC suivi d'un burn-out lui font lever le pied. Il se tourne alors vers d'autres centres d'intérêt. « Aimant les gens et la nourriture », il ouvre, le 1er septembre 2016, un restaurant, Le Terrabis, rue St Lazare, qu'il codirige avec son associé d'Obillet. Mais, incapable de se passer de théâtre, il propose à des artistes d'y faire des lectures. Il découvre ainsi « Betty » dont l'auteur, appréciant ses judicieux conseils, lui propose la mise en scène. Ayant choisi des comédiens au plus près des personnages, il les a fait « travailler dans la sincérité, car cette histoire peut arriver à tout le monde ».


Brian Tabaka

Originaire de Champagne, a 22 ans. Ce fou de ciné au parcours scolaire chaotique choisit l'option cinéma au lycée. Dès l'âge de 14 ans, il réalise des courts métrages et joue dedans. Il continue aujourd'hui au sein d'un collectif. Au Cours Florent, il découvre l'adrénaline procurée par le public. Pourtant, « introverti et ayant du mal à aller vers les autres », il ne se voit pas « rentrer dans ce milieu ».
Or, Frédéric Oudart le remarque à son spectacle de fin d'études et l'engage dans « Betty ». « Au début, j'étais très impressionné, réalisant soudain la matérialité de ce travail. En quelques semaines, j'ai appris plus qu'en plusieurs années de cours. Puis ce rôle a débloqué plein de choses en moi. Je suis pragmatique, perfectionniste et, pour moi, il faut que tout soit organisé. Mon personnage a une confiance extrême en lui, il vit au jour le jour, dans le lâcher prise et sans se questionner sur l'avenir. En immersion du matin au soir, j'ai récupéré de petites choses de lui. S'il a déteint sur moi, un peu, je ne deviendrai pas lui pour autant car j'aime mes humeurs, voire mes problèmes. Mais c'est bon de faire au théâtre ce que l'on ne s'autorise pas dans la vie !

Depuis, signature du contrat, affiche, premières répétitions, premières représentations... le théâtre commence à devenir concret pour moi. Pour autant, je n'oublie pas le cinéma. ».
Portrait par Caroline Fabre
Paru le 08/05/2018

-
Haut