Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Ohlala
le cirque sexy, crazy et artistique !
Imaginé par Grégory Knie et son père Rolf, de la célèbre dynastie de cirque suisse, le concept "Ohlala" revient à Paris pour cinquante nouvelles représentations. Dominique Roncero et Inès Vandamme, deux de ses porte-paroles, nous promettent un festival de numéros éblouissants et ébouriffants, exécutés par des acrobates et des danseurs de haut niveau, dans une atmosphère sensuelle, à partir du 5 juillet à l'Alhambra.

Dominique Roncero, directeur artistique

À 19 ans, passionné par le monde du cirque, Dominique Roncero quitte tout pour rejoindre le cirque national suisse Knie. Il devient directeur artistique de "Ohlala" en 2015. « Grégory Knie a voulu proposer quelque chose de nouveau : du cirque sans animaux et très sexy ! Huit versions différentes ont été créées à Zurich, sous chapiteau. Celle que nous présentons cet été à l'Alhambra est le numéro 5, créée en 2015 et que les Folies Bergères et le Palais des Sports ont déjà accueilli. Nous proposons des numéros jamais vus de très haut niveau : du hula hoop, du patinage sur plate-forme restreinte, des lanières acrobatiques, du jonglage, des ballets très modernes... Il y a aussi de la comédie, la chanteuse Aurore Delplace et une maîtresse de cérémonie, la comédienne et modèle espagnole Emy Sotomayor. En tout, trente-cinq personnes sur scène. Tout est en live. Il y en a pour tous les goûts avec de beaux garçons et de belles filles ! C'est un spectacle esthétique, léché, élégant, provocateur, sans vulgarité toutefois. Du cabaret sans être du cabaret, du cirque sans être du cirque, un concert sans être un concert ! C'est un spectacle unique, euphorisant et beaucoup de spectateurs reviennent pour revivre cette fête en lumières ! Il y a également un fil rouge : nous suivons une jeune femme innocente qui débarque dans un monde de tentations. Le serpent lui présente la pomme : nous découvrirons si elle choisit le côté obscur de la vie ou au contraire de rester pure ! C'est un prétexte pour introduire les différents numéros d'artistes/acrobates russes, géorgiens, espagnols, français, belges, italiens, suisses, portugais... Beaucoup sollicitent la maison mère pour travailler avec nous mais je parcours aussi le monde à la recherche de projets originaux que l'on retravaille ensuite pour les adapter au style de "Ohlala". »

Inès Vandamme, manager et chorégraphe

La danse dans le sang ! C'est à l'âge de 3 ans que la ravissante Inès Vandamme découvre le bonheur apporté par l'une des plus belles disciplines artistiques, auprès de sa mère et sa sœur jumelle, toutes deux professeurs de danse. « J'ai immédiatement su que j'allais en faire mon métier. À 18 ans, après le bac, j'ai quitté Dunkerque pour Cannes où je suis entrée au Centre international de danse de Bruno Vandelli. Puis à 21, je suis venue à Paris et j'ai eu le chance de travailler avec Kamel Ouali, Marjorie Ascione, Hakim Ghorab, ("The Voice", "Danse avec les stars") et beaucoup de chanteurs comme M. Pokora, Shy'm, les Enfoirés... "Ohlala" a été un gros coup de cœur artistique : il y a trois ans, j'ai participé à ce merveilleux spectacle en tant que danseuse et je n'ai plus voulu le quitter ! Au fil des saisons, j'ai été promue danseuse-capitaine puis assistante du chorégraphe et enfin chorégraphe de cette cinquième édition. J'ai essayé d'apporter mes idées, jeunes et tendances, nourries de tous les chorégraphes avec lesquels j'avais déjà travaillé. J'ai également insisté pour apporter une touche française : nous avons plus de Français qu'habituellement car j'ai fait remarquer à la production qu'il y avait dans notre pays des acrobates incroyables qu'il fallait mettre en avant. Leurs performances sont extraordinaires : on ne peut que rester bouche bée ! Pour eux, c'est plus qu'un métier : une passion. Leur vie est conditionnée par leurs numéros et ils donnent tout à l'instant T avec une force et une rigueur qui inspirent le respect. Mon défi est de faire en sorte que mes danseurs apparaissent aussi excellents que les circassiens ! »
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 30/06/2018

-
Haut