Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Karim Kacel
D.R.


Karim Kacel
au Kiron !
Doté d'une voix apte aux nuances autant qu'aux performances, d'une énergie qu'il sait mettre au service de l'émotion et de la sensibilité, Karim Kacel séduit tant par sa présence que par ses textes. Amoureux avant tout de la scène d'où il conquiert tous les publics, il a adapté un spectacle à partir de son dernier album "Rien que pour toi".
Révélé par "Banlieue" en 83, Karim Kacel est sans doute le premier chanteur français issu de l'immigration à avoir émergé dans notre paysage musical. Pourtant, nul ne peut réduire l'univers de cet artiste là à ses origines. Éclectique, il écoute tous les styles de musique et, surtout, à l'image des Reggiani, Brel, Brassens ou Moustaki, ses chansons s'inscrivent de plain-pied dans le patrimoine le plus classique de la chanson française, des grands textes teintés d'une poésie certaine et assortis d'une interprétation sans faille.

Auteur, compositeur et interprète, il est reconnu unanimement pour son écriture sensible et poétique, son interprétation toute en émotion et sa voix exceptionnelle. Son parcours est couronné de nombreux prix, notamment le "Piaf" du meilleur spectacle pour son passage à l'Olympia l'année de son troisième album "Sans en avoir l'air" ou encore le prix Petit Robert du meilleur parolier que Léo Ferré lui remet en personne lors des Francofolies de Montréal en 89.

"P'tite sœur", "Mother Mother", "L'orage est passé", ou plus récemment "Ce n'est qu'un jeu" et "Rien que pour toi", sorti en avril 2002, ont confirmé la carrière du chanteur qui, en marge du star-système, a imposé un style et un univers très personnels au fil de ses albums.

Constamment sur scène, à l'opposé des chanteurs de studios, Karim s'épanouit totalement au contact du public avec lequel il établit toujours un contact étroit, chaleureux et généreux.

Ne passez surtout pas à côté de Karim Kacel sans vous arrêter...
Portrait par Lionel Adam
Paru le 19/05/2003

-
Haut