Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Sophie Duez
D.R.


Les Monologues du vagin au Petit Théâtre de Paris
Joué sur les scènes du monde entier depuis 1996
Tantôt coquin, tantôt poignant, jamais vulgaire mais dérangeant lorsqu'il le doit, ce spectacle fait partie de ceux qui honorent le monde du théâtre.
Alliant divertissement et réflexion, l'auteur, Eve Ensler, a réussi avec ce texte brillant à réconcilier le public avec un mot peu usité dans les conversations tant intimes que médiatiques.

Pour écrire Les Monologues du vagin, Eve Ensler a sillonné le monde et donné la parole aux femmes. Qu'elles soient jeunes, riches, mères de famille, noires, juives, hispaniques, indiennes, lesbiennes, directrices ou prostituées, elles ont été plus de deux cents à parler de leur vagin. Et, bien que les premiers mots aient souvent présenté quelques difficultés à franchir le seuil de l'expression orale, les langues ont fini par se délier pour devenir des flots de paroles salvatrices autant dans le bonheur que dans la douleur.

Dans le spectacle, adapté par Dominique Deschamps et mis en scène par Tilly, huit monologues ont été retenus, incluant les textes recueillis lors des différentes interviews. Afin de désamorcer l'inquiétude sur le contenu du texte, l'interprète attaque fort et prévient le spectateur que le mot « vagin » sera prononcé 123 fois. Par sa beauté, son regard coquin et son aura, l'actrice installe progressivement une complicité entre les spectateurs et les témoignages de femmes qui vont suivre. Nous sommes alors prêts à écouter les souvenirs de cette femme de 72 ans, qui a « fermé boutique » et considère son vagin comme « la cave de la maison, cet endroit dont on sait qu'il existe mais dans lequel on ne va jamais ». Puis viennent les confidences de cette adolescente initiée aux plaisirs intimes par une femme experte, puis cette autre femme qui refusait de regarder son vagin jusqu'à ce qu'un homme, adorateur du sexe féminin, arrive dans sa vie et le lui fasse accepter. Plus dramatique, le témoignage de cette jeune bosniaque violée, marquée à vie... L'apothéose du spectacle revient à l'interprétation, sonnante et frémissante, des différents gémissements. On assiste alors aux vocalises amoureuses de tous les genres : clitoridiens, religieux, façon cantatrice, voire animale ou XVIe arrondissement.

Outre-Atlantique, le spectacle a été interprété par quelques grands noms du cinéma, Glenn Close, Cate Blanchett, Winona Ryder, Susan Sarandon, Whoopi Goldberg, Mélanie Griffith, Kate Winslett lui ont prêté leur voix. À Broadway, tous les quinze jours, une actrice différente le joue. Devant la performance de Sophie Duez ou de Christine Boisson, qui donnent à ce spectacle un côté festif, on imagine aisément ce que d'autres actrices peuvent apporter à cet événement théâtral. À chaque femme sa différence. À chaque vagin, aussi !
Zoom par Bruno Perroud
Paru le 13/02/2001

-
Haut