Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Josiane Balasko
D.R.


Les maux de Simone de Beauvoir dans la bouche de Josiane Balasko
Une interprétation puissante et sans fausse note
Loin des rôles comiques dont elle est coutumière, Josiane Balasko dévoile ici une autre facette de son talent. C'est avec puissance et sincérité que la comédienne interprète en ce moment au théâtre Hebertot les mots et les maux de Simone de Beauvoir. C'est un petit peu la marque de fabrique de la comédienne : être là où on ne l'attend pas ...
La scène est nue, la comédienne se met à nue. Seul un divan jaune vénitien trône au milieu du plateau, vide. C'est soir de réveillon, Monique est seule, comme tous les autres soirs, mais ce soir pour cette femme rompue, c'est insoutenable. Son mari la trompe, sa fille s'est suicidée, sa mère lui empoisonne la vie. Elle tempête, elle rouspète, elle gueule, elle souffre. Sa vie est un parcours jonché de drames et de désillusions. Un champ de ruines sur lequel elle a posé les principales mines. Ce soir, c'en est trop, elle a décidé de reprendre sa vie en main.

Ce monologue extrait du roman de Simone de Beauvoir « La femme rompue » ne laisse pas indifférent. Les mots sonnent et claquent dans la bouche d'une Josiane Balasko criante de sincérité, de manque d'amour et de rancoeur. Elle traduit très justement, très personnellement, la souffrance de cette femme invivable, qui gâche sa vie et celle des siens. Pendant une heure, allongée sur son divan, Josiane Balasko est Monique. Elle se livre, passe sa vie en revue comme elle le ferait sur le divan d'un psychologue. La mise en scène est très sommaire, mais somme toute efficace. Un moment poignant, idéal pour découvrir ou redécouvrir la plume de Simone de Beauvoir.

« La femme rompue », jusqu'au 24 mars, à 19h au théâtre Hebertot.
Zoom par Régis Daro
Paru le 20/03/2018

-
Haut