Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Alexandre Isard


Camille Chamoux
Entre one woman et théâtre ou cinéma, écriture et jeu
« J'ai besoin de mettre des mots et de l'humour sur ce que je vois ou vis » dit celle qui créait et jouait déjà des spectacles à 9 ans, elle a toujours su l'importance de la littérature et de la maitrise du langage et assuré une maîtrise de lettres avec un mémoire sur Jean-Claude Grumberg avant de se former au théâtre.
Avec la troupe de Régis Santon, elle a joué des pièces, classiques ou non. Avec sa propre compagnie, elle met en scène et se consacre avec succès à l'exercice du « seule en scène » ("Camille Attaque", "Née sous Giscard", "L'Esprit de contradiction"). De plus, le succès des "Gazelles" (co-écriture et jeu) lui fait enchainer les tournages.

Si elle écrit ses propres solo c'est pour « s'exprimer sans filtre, par le biais de l'humour. Si je n'avais pas ces bulles de liberté totale d'expression, je ne prendrais pas autant de plaisir à devenir « pâte à modeler » au service d'autres auteurs ».

Un talent à apprécier, à l'Oeuvre, dans « Justice », pièce de Samantha Markowic où drame et humour se côtoient. Après avoir décortiqué des faits divers et fréquenté les tribunaux, l'auteur y traite de cas réels, deux la concernant personnellement. Mises en scène par Salomé Lelouch, Naidra Ayadi, Camille Chamoux, Camille Cottin, Fatima N'Doye, Océane Rosemarie et l'auteur; ces dernières joueront en alternance, se retrouvant trois sur scène chaque soir, à camper « avec réalisme et telles des narratrices universelles », accusés, procureurs, victimes et avocats, hommes et femmes. « Un projet nécessaire à l'époque » précise Camille.
Portrait par Caroline Fabre
Paru le 28/02/2018

-
Haut