Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Noémie Elbaz et David Brécourt
D.R.


David Brécourt et ses potes font leur rentrée !
Eh oui! Le trio David Brécourt / Philippe Lellouche / Christian Vadim est, avec Noémie Elbaz, à l'affiche de La Madeleine dans « Le Temps qui reste », la nouvelle pièce de Philippe Lellouche. David Brécourt nous en parle.
Son père, Claude Brécourt, ayant une belle carrière de comédien (on le connaît notamment dans le rôle de procureur dans Julie Lescaut), David est « tombé dedans » dès sa naissance et n'a « jamais envisagé de faire autre chose ». Aussi commence-t-il à jouer dès son entrée au Cours Simon. Depuis trente ans, il se partage entre théâtre, téléfilms et séries télévisées, avec quelques petites escapades vers le cinéma. Ce qui le fait vibrer aujourd'hui ? « Jouer bien sûr, mais en explorant des thèmes éclectiques et des personnages différents. Je travaille beaucoup pour ça. Par exemple, avec « L'Heureux élu » d'Eric Assous, mis en scène par Jean-Luc Moreau, j'ai acquis une vraie crédibilité dans un registre très différent de ceux dans lesquels j'évoluais ». Mais, avoue-t-il « tout ça vient de la confiance en moi que j'ai acquise avec Philippe ».

Philippe Lellouche, il l'a connu il y a 12 ans, à la campagne, grâce à leurs femmes respectives. « Ce fut une rencontre magique ! Il m'a tout de suite proposé « Le Jeu de la vérité ». Depuis, je lui fais confiance et, avec Christian, on dit oui d'emblée à ses propositions car c'est du travail sur mesure pour nous. Quand le texte arrive, c'est plus un canevas que l'on remplit tous ensemble aux répétitions. Et nous avons toujours autant de plaisir à nous voir, sur scène comme à la ville. Nos séparations professionnelles permettent de nous aérer pour mieux nous retrouver, apportant à nos projets communs l'expérience des autres ».

« Le Temps qui reste » parle de quatre amis d'enfance qui se revoient lors de l'enterrement du cinquième inséparable de la bande. Il avait leur âge, 50 ans. Leur passé commun, la peur de mourir, l'urgence de bien vivre « les vingt-cinq étés » qu'il leur reste, avec son lot de rêves et d'envies, vont nourrir les discussions, jusqu'à révéler des choses pour le moins surprenantes...

« Ici, Philippe a cassé nos schémas habituels. Christian est un flic sympa qui travaille dans l'administration, pas sur le terrain. Je suis un être extrêmement raffiné et très soucieux de mon apparence. Philippe reste un personnage bonhomme et sympa. Noémie campe la femme du défunt. La pièce est une vraie comédie, avec une rafale de vannes mais jouée avec beaucoup de sincérité. D'ailleurs, nous attendons beaucoup du travail avec notre talentueux metteur en scène, Nicolas Briançon. Il va à coup sûr nous faire monter d'un cran. De plus, entre nostalgie de notre jeunesse, avec ses références en clins d'oeil, et peur de mourir, la pièce explore les méandres du couple et promet de grands coups de théâtre. Aussi, n'en dirai-je pas plus... ».
Portrait par Caroline Fabre
Paru le 23/12/2017

-
TEMPS QUI RESTE (LE)   (30 notes)
THÉÂTRE DE LA MADELEINE
Jusqu'au samedi 12 janvier

COMEDIE. Sophie, Sébastien, Paul et Franck, quatre amis d’enfance se retrouvent à l’enterrement du cinquième inséparable de la bande, disparu subitement à l’âge de cinquante ans. Le choc et la peine sont immenses, tant et si bien qu’ils vont se retrouver à faire un point sur leur passé, mais surtout sur l’...


Haut