Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Didier Gustin
Son Nougaro rêvé
Didier Gustin, l'homme aux 200 voix, revient à l'Archipel avec « Ah tu verras », spectacle de chansons signées Nougaro, interprétées par une cinquantaine d'artistes... Il nous en parle.
« En 87, Claude Nougaro fut le premier artiste à venir me voir sur scène sans me connaitre personnellement. Il m'a dit « Gustin, tu as trouvé quelque chose, maintenant il te faut creuser ». Une nuit, j'ai rêvé, vraiment, d'un spectacle sur lui et « vu » son titre. Voulant sortir des sentiers battus de l'imitation, j'ai opté pour un conte musical.

Tel Asterix buvant la potion magique avant d'entamer le combat, des artistes de tous bois viennent, avant un album, un concert, un film ou un spectacle en préparation, dire ou chanter Nougaro pour s'abreuver à la fontaine qui fut sa source d'inspiration.

Jacques Pessis m'a apporté de précieuses anecdotes sur ce grand artiste et ses relations avec certains chanteurs. Avec Hubert Drac, mon coauteur et metteur en scène historique, on a, entre autres, mis en adéquation textes et interprètes, comme « Bidonville » et Lavilliers, « Le jazz et la java » et Aznavour, « Le coq et la pendule » et Lucchini... Enfin, Hugo Dessauges, a signé des arrangements détonnants. Car dans ce spectacle, l'émotion émanant de certaines chansons côtoie le rire issu du télescopage entre textes, arrangements et interprètes : Patrick Sébastien faisant tourner les serviettes sur « Cécile », Joe Starr passant le micro à Delerm pour finir « Sing Sing » et Vandamme... se suffisant à lui même.

Fier et étonné des retours des spectateurs, je suis aussi heureux quand on me dit « ça m'a donné envie de réécouter (ou de découvrir pour les plus jeunes) untel ou untel » ! »
Portrait par Caroline Fabre
Paru le 23/11/2017

-
Haut