Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Sandrine Molaro
© Béatrice Cruveiller


Sandrine Molaro & Gilles-Vincent Kapps
L’Écume des jours
Après leur adaptation impressionniste de "Madame Bovary" au Théâtre de Poche, Sandrine Molaro et Gilles-Vincent Kapps offrent à nouveau leur vision d'un autre classique de la littérature française : le roman poétique et philosophique de Boris Vian paru en 1947.
Après "Madame Bovary", pourquoi "L'Écume des jours" ?
C'est une histoire d'amour et d'amitié universelle, un pied de nez magistral à tous les immobilismes de la pensée, un hommage à l'imaginaire, à la poésie de l'existence. Une œuvre drôle et triste, sérieuse et virulente. Il s'agit encore, comme dans "Madame Bovary" d'une révolte contre l'ordre établi. C'est ce souffle, cette énergie subversive qui nous intéresse.

Sur quels aspects du roman avez-vous choisi de vous concentrer ?
Nous voulions rendre hommage à la poésie et à l'infinie délicatesse de l'écriture de Boris Vian, à son incroyable inventivité, mais aussi à la vision satirique qu'il porte sur notre société qui pousse à un anticonformisme salutaire. C'est un conte initiatique : il nous tenait à cœur de porter un regard sur ce moment fragile de la vie où l'absolu de la jeunesse, cette tendre et irrévérencieuse anarchie, se confronte à l'apprentissage parfois cruel de la réalité.

Qu'appréciez-vous dans le travail d'adaptateur de Paul Emond ?
Paul Emond est un auteur qui maîtrise l'art de synthétiser la structure d'une œuvre littéraire pour l'adapter au temps spécifique de la représentation théâtrale. Nous savions qu'il saurait mettre en évidence la dimension jazz de l'écriture de Boris Vian, son goût permanent pour l'improvisation, pour l'écart narratif, le changement de tempo, la surprise.

Quelles qualités présentent selon vous Roxane Bret, Maxime Boutéraon et Antoine Paulin pour incarner le trio Chloé, Colin et Chick ?
Ils sont tous les trois de magnifiques équilibristes, prêts à toutes les acrobaties sur le fil qui les relie à leur enfance. Ils sont tous les trois bouleversants, drôles, d'une élégance et d'une gentillesse infinies, mais aussi terriblement atypiques dans leur rapport au monde. Il se dégage de leur trio une complicité, une conscience de l'importance d'être ensemble, qui leur donne une force et une lumière particulières pour rendre la folle allure de ce récit.

Dans quel univers visuel et musical avez-vous décidé de les placer ?
L'univers visuel raconte l'usure et la dégradation : c'est un endroit délabré où se racontent encore des histoires, un lieu de résistance. Sur le plateau, quelques instruments de musique. Les acteurs nous font voyager et fabriquent des paysages avec peu : l'imaginaire est au pouvoir ! L'inspiration du jazz est fondamentale dans "L'Écume des jours". Musique qui navigue entre joie fulgurante et mélancolie, structure et improvisation, harmonies et dissonances. C'est dans cet esprit qu'ont été créés les passages musicaux joués en live par notre trio, avec un aspect contemporain de l'interprétation et des sonorités (sampleur, synthétiseur, beat-box, guitare électrique).
Interview par Alain Bugnard
Paru le 27/05/2017

-
ÉCUME DES JOURS (L')   (24 notes)
THÉÂTRE DE LA HUCHETTE
Jusqu'au samedi 2 septembre

C. DRAMA. L’écume des jours, universelle histoire d’amour, pied de nez magistral à tous les immobilismes de la pensée, hommage drôle et poignant à nos rêves d’enfant, à l’imaginaire, à la poésie de l’existence. Une oeuvre à la modernité insolente où musique et littérature se rencontrent au coeur de Paris!


Haut