Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Olivia Moore
Une « Mère indigne » à la Nouvelle Seine
Olivia Moore, trois enfants et deux beaux-enfants, ne doit pas être une mère totalement indigne car elle n'a pas voulu d'une interview pendant les vacances scolaires. Alors qui est-elle vraiment ?
Est-ce votre vrai nom ?
Non, mais c'est un de mes quatre vrais prénoms. J'ai changé mon nom pour créer un personnage. Je voulais aussi protéger mes enfants... mais c'est raté : ils le disent à tout le monde !

Responsable marketing dans la cosmétique, vous avez travaillé treize ans en entreprise dans trois grosses boîtes puis en free lance avant de créer votre spectacle à 35 ans. Vous sentiez-vous artiste avant ?
Oui, j'avais clairement un tempérament d'artiste. Je me débrouillais toujours pour me mettre en scène, même en entreprise. Et j'ai toujours utilisé la dérision pour rendre ma vie plus légère. Plutôt grave et anxieuse, je me défends et me libère de mes peurs grâce à l'humour. Et je me sers de cette propension pour éduquer mes enfants. Un problème à surmonter ? Pas possible de piquer une colère ! Je m'oblige à trouver une autre proposition, comme le font les comédiens. Car dire c'est bien, montrer l'exemple c'est mieux.

Un jour vous avez quitté ce milieu pour monter sur scène. Quel fut le déclic ?
Un burn out. Un vrai de vrai. Pas un coup de fatigue. Je bossais comme une cinglée. J'aimais ça mais l'atmosphère était épouvantable. Arrêtée d'office par mon médecin d'autant que j'étais enceinte pour la troisième fois, j'ai passé trois mois à dormir et quand je me réveillais, je pleurais d'épuisement ! Il me fallait donc sortir définitivement de cet environnement. Alors, a mûri cette idée de spectacle, créé en 2011.

Vous auriez aussi pu écrire sur le monde de l'entreprise, non ?
La question s'est posée. Mais le sujet de la maternité me touche d'autant plus que je suis devenue féministe en devenant mère. En effet, lors de ma grossesse, je n'ai été ni promue ni même augmentée. Au même moment, mon mari a fait coup double. C'est ça la vraie prime à l'enfance ! Je me suis alors rendu compte que l'on me considérait d'une manière différente parce que j'étais enceinte. Ca m'a "secoué la pulpe du fond" comme on dit. Je n'en suis toujours pas revenue ! Par la suite, j'ai réalisé qu'en réalité, je n'avais jamais été traitée comme les hommes. D'où ce spectacle... et sa conclusion car je ne voulais pas glisser des idées sans dire que j'étais féministe. Mon but est de faire rire, avec du fond !

Vous venez aussi d'écrire un livre « Sois mère et tais-toi » (Tut-Tut Editions). Pourquoi ?
On m'a proposé une compilation d'extraits de mon one. Mais je me suis prise au jeu. J'ai eu envie d'en dire plus, d'approfondir les thèmes de mon spectacle, de raconter d'autres situations. Il est moins anecdotique que le spectacle. J'y parle plus de moi mais toujours dans la même optique : déculpabiliser les parents, quitte à ce qu'ils se sentent de meilleurs parents que moi. Pour ma part, je me sens toujours coupable de plein de choses... mais je me bats au quotidien !
Interview par Caroline Fabre
Paru le 01/06/2017

-
OLIVIA MOORE   (12 notes)
NOUVELLE SEINE (LA)
Jusqu'au samedi 29 juillet

SKETCHES. Ma famille me fait tellement confiance pour penser sa place, trier les chaussettes et remplir le frigidaire. Les enfants sont si créatifs! Ils créent sans arrêt de nouveaux problèmes quand je suis déjà occupée. Et puis personne ne se sent jamais obligé de me remercier, j’aime cette spontanéité. Gr...


Haut