Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Guillaume Sentou
© Mary Brown


Garnier et Sentou se séparent !
Amis depuis l'école primaire, ils ne s'étaient pratiquement pas quittés professionnellement jusqu'à cette rentrée. Mais pour vous, revoilà ensemble le fameux duo Garnier et Sentou... le temps d'une interview. Car sur scène, il se scinde entre « Edmond » d'Alexis Michalik pour Guillaume Sentou et « Piège mortel » mis en scène par Eric Métayer pour Cyril Garnier.
A chacun son personnage
Guillaume Santou : Je suis Edmond Rostand créant son "Cyrano de Bergerac". A la différence du vrai, taciturne et pas vraiment fun, je suis « décalé » sans le faire exprès, menteur par nécessité et mon angoisse m'électrise.
Cyril Garnier : Je suis un jeune auteur talentueux dont un dramaturge en perte de vitesse veut s'approprier la première pièce. Sans filtre aucun, pas vraiment fin, je mets sans cesse les pieds dans le plat.

Deux mises en situations dingues de la création, l'une réelle, l'autre pas du tout
G.S. Si Alexis Michalik a trituré quelques éléments de la réalité pour servir son histoire, la plupart sont vrais... même s'ils paraissent fous. Ainsi, tout change pour Rostand en un seul soir. Après une série de bides, il reçoit la légion d'honneur entre l'acte IV et l'acte V de la première de "Cyrano". Sarah Bernardt accélère sa représentation à la Renaissance pour assister au dernier acte du Théâtre de la Porte St Martin, la rumeur de la naissance d'un chef-d'oeuvre s'étant répandue dès le début. Et, après 40 rappels et une heure d'applaudissements, la troupe est portée en triomphe à travers Paris !
C.G.Cette pièce d'Ira Levin, qui fut adaptée au cinéma par Sidney Lumet, est une fiction tous azimuts et complètement loufoque ! On sait vite qu'un crime va être commis... mais quand, par qui et sur qui ? Suspens ! Alors coups de théâtre, fausses pistes, retournements de situations et révélations se succèdent à un rythme trépidant, retournant le public comme des pancakes (ça se passe en Angleterre). Impossible donc de vous en dire plus... pour le bien des spectateurs ! Ah si... ils vont beaucoup rire... avant d'avoir la peur de leur vie grâce à notre travail avec des cascadeurs ! Mais j'en ai déjà trop dit...

Alors, quid du duo Garnier et Sentou ?
G.S. Nous sommes des comédiens devenus humoristes, pas le contraire. Aussi gourmand d'aventures diverses l'un que l'autre, nous serions sans doute frustrés d'être cantonnés au duo. Par chance, et à force de travail et de rencontres, les frontières qui font si peur quand on débute dans l'humour semblent être tombées. Aujourd'hui, on travaille avec des artistes venant d'horizons différents, on multiplie les projets... mais séparément. Pour autant, notre duo existe toujours, même s'il se limite aujourd'hui à l'écriture.
C.G. Oui et en plus de ce que nous écrivons ensemble -programmes courts TV, web, série au concept orignal...- on est, l'un comme l'autre, habité par plein d'histoires. Parfois, je dois me relever en pleine nuit pour les écrire !
G.S. Pareil pour moi ! Il faut travailler comme un damné pour trouver ce que l'on est, sa plume, sa vérité...
C.G. C'est toute l'histoire de Rostand en fait ! Et il a écrit un chef d'oeuvre ! (rires)
Interview par Caroline Fabre
Paru le 05/04/2017

-
Haut