Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Résiste
au Palais des Sports
La comédie musicale à succès de France Gall et Bruck Dawit, mise en scène par Ladislas Chollat, revient au Palais des Sports du 3 juin au 2 juillet. L'occasion de faire plus ample connaissance avec trois de ses jeunes talents prometteurs qui, à travers l'indémodable répertoire du tandem Berger-Gall, nous invitent à faire connaissance avec les "papillons de nuit" qui animent le Lola's Club.
Léa Deleau est Maggie
C'est à cette charmante chanteuse, danseuse et comédienne de 21 ans, que France Gall a choisi de confier le rôle que lui a inspiré "La Chanson de Maggie"."J'ignorais tout de ce projet avant d'être repérée pour le casting. Je ne m'attendais pas à voir France Gall lors des auditions et le stress est monté d'un coup lorsque je l'ai vue ! Au final, elle est venue vers moi très souriante et m'a enlacée chaleureusement pour me dire bonjour ! Elle m'a transmis de sa force pour réussir le casting. Je pense qu'elle m'a choisie pour ma simplicité et le naturel avec lequel j'ai interprété ses chansons, des tubes avant-gardistes, incontournables et intemporels. Nous avons la chance d'avoir un public très réactif qui reconnaît les chansons dès les premiers accords ! Nous l'entendons chanter, taper des mains, rire, pleurer... Un véritable échange se produit chaque soir et c'est un vrai bonheur ! Maggie tient une boîte de nuit avec son père et sa petite sœur. Elle a, en quelque sorte, remplacé le rôle de sa mère qui est décédée très jeune. Elle pense aux autres, à leur bonheur et leur réussite avant de penser à elle. Réservée, pince-sans-rire, forte et sensible à la fois, elle est, au début de l'histoire, une sorte d'anti-héroïne qui a du mal à se réaliser et à suivre ses rêves. Suite à un événement tragique, elle va se transformer pour devenir la vraie Maggie..."

Victor Le Douarec est Mathis
Auteur de chansons et interprète, pianiste dans l'âme, Victor Le Douarec avait déjà craqué à l'âge de10 ans sur La Groupie du pianiste : "J'ai eu immédiatement envie de la jouer au piano ! C'est aussi cette chanson que j'ai interprétée lors d'un concours "Je veux signer chez AZ" organisé par Valéry Zeitoun ! Même si je ne suis pas très comédie musicale à la base, j'ai voulu passer les auditions pour ce spectacle construit autour des chansons de France Gall et Michel Berger. J'ai toujours été frappé par ce que France donnait sur scène, sa générosité. Ses chansons étaient des messages d'amour, de bonheur, et engagées autour de vraies questions humaines. Michel Berger était son meilleur atout pour valoriser cette force, cette énergie car il avait une culture musicale incroyable et a su "groover" la chanson française. Je pense que France m'a retenu car elle cherchait un pianiste chanteur pour illustrer au mieux le rapport de Michel Berger au piano... Elle a su nous mettre en confiance et a été très maternelle avec nous. Mathis est quelqu'un d'assez mystérieux avec un passé trouble. Il débarque au Lola's Club où travaille Maggie car il est à la rue, cherche du boulot et le club a besoin d'un pianiste. Il est en manque d'affection, d'amour, de présences et il trouve dans cette boîte tout ce dont il avait besoin : des gens, une famille et il tombe amoureux de Maggie..."

Ben Akl est un "Prince des villes"
Affriolant danseur du "Kiss me once tour" de Kylie Minogue, qui fut également à l'affiche de "1789, les amants de la Bastille" ou "Robin des bois" avec M. Pokora, Ben Akl se découvre une nouvelle passion : "Ce fut un challenge de m'essayer aux registres du chant et de la comédie. Je suis danseur et le directeur de casting cherchait un acteur qui me ressemblait. Les trois "Princes des villes" ont chacun un trait de caractère différent. C'est un groupe de potes qui vient donner de la légèreté au spectacle car nous suivons la vie de Maggie qui est un peu compliquée ! Ils sont gentils mais agaçants car particulièrement lourds ! On surjoue les beaux gosses, on est un peu le ridicule du spectacle. Mon personnage est totalement ambivalent. Il a l'air d'un gros bonhomme hyper sûr de lui mais c'est un gamin, un enfant dans l'âme, très doux et très tendre ! Il en devient attachant et touchant... Le spectacle découle des musiques qui touchent toutes les générations. Les paroles de "Résiste" sont valables pour chaque époque. Si l'on vit dans une société de plus en plus égoïste, au moins, pendant deux heures, la troupe et le public communient : nous partageons un vrai moment de bonheur ensemble, une énergie. Le partage en direct est l'essence de la vie, ne l'oublions pas, à l'heure où les réseaux sociaux et les nouvelles technologies nous coupent des autres."
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 03/06/2016

-
Haut