Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Brigitte Enguerand


Madame Bovary
Au Poche-Montparnasse
Déjeuner sur l'herbe, déjeuner des canotiers...
Ce cabaret flaubertien tient de l'adaptation impressionniste tant le décor champêtre et l'omniprésence des violons, accordéons et harmonicas évoquent les guinguettes des peintres du XIXe. Car l'on chante beaucoup dans cette adaptation de Paul Emond. Des chansons saisissant sur le vif le caractère intemporel et tragique du combat bovarien. Malheureuse dans son ménage, Emma se noie dans un funeste tourbillon de plaisirs, cumulant dettes et amants - autant de transgressions à l'ordre établi - avant de choisir le suicide comme ultime délivrance. Adapter un roman ayant aussi fortement marqué les esprits est un exercice périlleux. En livrer sa vision personnelle est une manière d'éviter les écueils.

C'est le choix de Paul Emond : alternance de dialogues et monologues saisissant l'essence de l'épopée bovarienne - la noce campagnarde de Charles et Emma, une fête agricole, une chevauchée en forêt au cœur de l'été... - saupoudré de nombreuses adresses au public, tout en respectant la langue de Flaubert. Les quatre acteurs de la compagnie "La Fiancée du requin" apportent à cette aventure - d'ailleurs à leur initiative - la fougue et la passion qu'elle réclame. Pour eux qui se veulent par leurs créations "les témoins d'une société impitoyable avec ceux qui ne rentrent pas dans le rang", Emma était une héroïne de choix. À quand une adaptation des Hauts de Hurlevent ?
Zoom par Alain Bugnard
Paru le 31/03/2016

-
Haut