Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Cyrille Garit
"Les Instants volés" au Vingtième Théâtre
Une rencontre amoureuse en milieu psychiatrique : tel est le point de départ de la nouvelle comédie musicale de Cyrille Garit, mise en scène par Nicolas Guilleminot.
Quelle histoire déployez-vous à partir de cette rencontre entre deux bipolaires ?
Cette rencontre ne se passe pas très bien : ils commencent par se disputer ! Ils ne se découvriront véritablement qu'au cours d'un atelier de peinture. Dès lors, ils ne se quitteront plus et se joueront du personnel médical pour se retrouver en cachette. L'enjeu de leur relation se place à ce niveau-là : vont-ils pouvoir vivre pleinement leur rencontre quand, autour d'eux, tout les en empêche ?

Quelles thématiques cette pièce vous permet-elle d'aborder ?
Ce spectacle permet non seulement de parler de la condition de vie des malades, de leur famille et des soignants - de dénoncer peut-être quelques états de fait - mais aussi de montrer la poésie, la drôlerie et la beauté que peut receler toute chose ; même dans un lieu et une situation qui, À priori, ne s'y prêtent pas.

Pourriez-vous nous présenter Max et Lula ?
Max est un bipolaire spontané, fougueux, empli d'une vraie fraîcheur. Lula est dépressive chronique, sujette à une mélancolie constante qui la rend drôle malgré elle. Leur différence de caractère leur apportera un équilibre complice et précieux.

Dans quelle veine les musiques ont-elles été composées ?
Jazz et swing. Non seulement parce que c'est l'univers du compositeur Stève Perrin, mais aussi parce que ce registre était selon nous, celui qui s'accorderait le mieux avec cette thématique. L'arrangeur, Christophe Houssin, a, quant à lui, donné une couleur electro aux mélodies, ce qui leur donne un souffle assez incroyable.
Interview par Alain Bugnard,
Paru le 10/02/2016

-
Haut