Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Céline Duhamel
Un Rembrandt mystérieux
Céline Duhamel, comédienne est aussi l'adaptatrice du «Manuscrit de Rembrandt » qu'elle joue, mise en scène par Patrick Courtois, avec, en alternance, Patrick Floersheim et Jean François Vlérick au Théâtre du Ranelagh.
Rembrandt a-t-il écrit ses mémoires ?
C'est un mystère ! En fait, lorsque Raoul Mourgues publie, en 1948 en Suisse, «Rembrandt Kabbaliste», il affirme que c'est la traduction d'un manuscrit de Rembrandt qu'on lui a confié.

Comment ce livre est-il arrivé à vous ?
On m'a un jour proposé une bibliothèque entière. J'y ai «au hasard» pris celui-ci. Cette sorte de testament que Rembrandt aurait écrit juste avant sa mort m'a foudroyé. C'était magnifique. J'ai immédiatement eu envie de le partager au théâtre. Je l'ai adapté en «duologue», entre Rembrandt et Stella, fille d'un ami de Rembrandt qui aurait conservé ce manuscrit et qui figure aussi des personnages et des questionnements ayant nourri la vie et l'œuvre du peintre.

La fin d'une vie, un testament philosophique, ça peut faire peur au spectateur, non ?
Ces mots-là, oui. Mais pas le spectacle ! C'est l'histoire d'un homme, jusqu'à ses derniers instants. Et comme toute existence, celle de cet immense artiste aimant les femmes se compose de moments tristes et d'autres gais et vraiment drôles ! Il s'adresse ainsi à tous. Néanmoins, on peut en faire une lecture plus empreinte de spiritualité, ceci appartenant à chacun.

Cette reprise et une édition du texte à venir marquent le beau parcours de cette pièce.
Interview par Caroline Fabre
Paru le 30/11/2015

-
Haut