Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Anne Bourgeois
© Anne Sophie Lombrail


Représailles
Anne Bourgeois & Laurent Spielvogel
Le soir du mariage de leur fille, Rosalie découvre les nombreuses infidélités de son mari. Le divorce semble inéluctable même si Francis aime toujours Rosalie. Ses tentatives de se racheter, saupoudrées de maladresse et de mauvaise foi, vont entraîner les pires représailles de sa femme.
Anne Bourgeois, mise en scène

Vous montez régulièrement les pièces d'Éric Assous. Qu'appréciez-vous dans son écriture ?
Il sait parler en profondeur du chaos des relations conjugales tout en nous faisant rire des débordements excessifs de ses personnages. Pour moi qui viens du clown, c'est un réel plaisir de travailler sur ses engrenages infernaux qui font monter les personnages en pression, avant la résolution qui apaise les âmes. Il nous parle de nos contradictions, nos manques de confiance en nous, nos excès d'égoïsme, nos lâchetés. Le traitement diffère selon la réflexion qu'il veut inciter chez le spectateur. Dans «Représailles», il y a beaucoup de mensonges, de méchanceté, de coups bas, et en même temps une certaine naïveté qui rend les personnages très modernes, avec les mêmes existences folles et ratées que les nôtres !

Pourquoi avoir de nouveau réuni Michel Sardou et Marie-Anne Chazel ?
Éric a écrit pour ces acteurs et leur duo a déjà fait mouche : ils ont deux énergies magnifiques qui portent loin la comédie parce qu'ils sont vrais, sensibles et complémentaires : ils savent être odieux, fragiles et monstrueux !

Dans quel décor avez-vous choisi de les faire évoluer ?
Le premier décor est une chambre d'hôtel, le second l'appartement du couple. Les personnages étant des gens d'ici et maintenant, avec du goût, la scénographie de Jean-Michel Adam sera assez réaliste et solide, plutôt esthétique et résolument d'aujourd'hui.

Laurent Spielvogel est Julien

Vous retrouvez Éric Assous et Michel Sardou : une longue histoire !
Je trouve le théâtre d'Éric cruel, acide et vrai. Il est pour moi l'héritier d'Harold Pinter et Jean Poiret. Après «Secret de famille» (déjà avec Michel Sardou) et «Les Hommes préfèrent mentir», c'est la troisième fois que je suis à l'affiche d'une de ses pièces. C'est un théâtre jubilatoire et nous y avions trouvé, avec Michel, des tas de motifs de complicité et de fous rires ! Aussi, Michel lui a-t-il demandé d'écrire un personnage pour moi ! «Représailles» est une comédie brillante et très drôle qui porte un regard sans concessions sur le couple, le mariage et l'infidélité, mais qui convoque aussi l'amour et la tendresse d'un vieux couple finalement inséparable !

Pourriez-vous nous présenter votre personnage ?
Julien est un ami proche de Rosalie. Ils sont tous deux fans de Julien Clerc, passion qui est à l'origine de leur amitié. Rosalie se sert de Julien pour rendre Francis jaloux. Mais cette jalousie n'a pas lieu d'être, car Julien n'aime les femmes que «pour leur esprit et leur sensibilité!» C'est un pince-sans-rire facétieux. Se jouer de Francis, macho qui avance dans la vie tête baissée, l'amuse beaucoup !
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 05/10/2015

-
Haut