Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Elsa Royet
Le philosophe et la putain
Elsa Royet met en scène le texte de Jacques Rampal dédié au flamboyant et provocant philosophe de la Grèce antique, où l'on croise, entre autres, les figures de Platon et Alexandre le Grand.
Pour quelles raisons cette pièce a-t-elle retenu votre attention ?
Elle m'est apparue joyeuse, irrévérencieuse, intelligente et pétillante ! Jacques Rampal (Célimène et le Cardinal) s'est penché sur le philosophe le plus iconoclaste de l'Antiquité, Diogène, connu pour son tonneau, son chien et ses bons mots. L'ensemble est coloré et musical, grâce à de formidables vers modernes. Il y a peu de "comédies philosophiques" de ce genre au théâtre. Cette découverte m'a semblé précieuse !

Qu'apprenons-nous du philosophe ?
«Diogène» était le plus indépendant des philosophes : prônant le "cynisme" au sens de détachement de tout et de tous, il vivait dans le dénuement le plus total et ne s'en laissait conter par personne. Mais la pièce nous montre également ses failles : l'amour le rattrape en la personne d'une étrange prostituée venue d'ailleurs. La pièce met l'accent sur les limites des principes du philosophe, tout en mêlant joyeusement vérité historique et fantaisie mythologique.

Dans quel cadre avez-vous choisi de placer vos 7 comédiens ?
Le port de Corinthe décrit dans le texte sera représenté par des mâts en ombre encrée sur une grande toile de fond, encadrée comme une case de bande-dessinée ; sur scène, le célèbre tonneau est une amphore, comme c'était le cas à l'époque de Diogène. Antiquité et modernité se rejoignent ainsi tout au long de la pièce : les vers se muent en chansons, et les personnages sont truculents. Je voudrais que le spectateur sorte de ce voyage philosophique et humoristique avec un sourire et un refrain en tête !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 20/08/2015

-
Haut