Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Xavier Duquesne


Jean-Claude Bouillon
"Opus Cœur" au Petit Hébertot
Caroline Darnay a réuni Jean-Claude Bouillon et Nathalie Newman autour de cette pièce d'Israël Horovitz explorant la rencontre entre deux solitudes dans une ville portuaire du Massachussetts.

Pour quelles raisons ce projet de Calliopé Comédie a-t-il retenu votre attention ?
Ce qui m'a complètement séduit, c'est tout d'abord le nom d'Israël Horovitz, qui reste l'auteur dramatique américain contemporain le plus joué en France, puis cette rencontre improbable d'un professeur de musicologie à la retraite et de son employée, d'où émergent un réalisme poétique, une sentimentalité bourrue et une férocité viscérale, et enfin la complexité du personnage de Jacob Brackish.

Comment envisagez-vous de l'appréhender ?
Jacob est un cœur simple emporté par deux passions : apprendre et enseigner. Sa grande révélation a certainement été la découverte de la musique. C'est un homme qui n'a pas vu le temps passer. Je me suis senti très vite en totale empathie avec ce personnage. J'ai pris tous les points forts qui venaient de Jacob : sa rigueur, ses « principes », sa fragilité et lui ai apporté ce qui, en moi, correspondait au besoin de savoir et de faire passer.

Dans quel cadre Caroline Darnay a-t-elle choisi de vous faire évoluer ?
Le décor correspond aux années 1950 mais l'action se passe dans les années 1990. Ce décalage permet d'oublier les références au monde réel actuel pour nous rappeler notre passé proche.
Interview par Alain Bugnard
Paru le 01/01/2010

-
Haut