Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Sébastien Castro
nous présente ses condoléances
Ce comédien au flegme si particulier, qu'on a pu voir au théâtre - «L'étudiante et Monsieur Henri», «Lady Oscar», «Une semaine pas plus» ou «Le Comique» - est sur la scène de la Comédie de Paris tout cet été pour y jouer son one-man show dont il est aussi l'auteur.
Sébastien, comment êtes-vous venu au théâtre ?
Enfant, mes parents m'y emmenaient souvent, et j'adorais ça. Mais le métier de comédien me paraissait inaccessible ; alors je voulais simplement travailler dans un théâtre et entendre les gens rirent - c'est ça qui me plait. Je suis «hyper-empathique », c'est-à-dire que je suis très sensible à ce que ressentent les autres : si je croise une personne triste dans la rue, même si je ne la connais pas, ça m'affecte réellement. Quand je regarde les informations, ça me flingue la journée ! A l'inverse, voir des gens heureux me fait du bien. Alors, forcément, entendre rire quelques centaines de spectateurs pendant une heure trente, ça me rend fou de bonheur... Je suis sûr que mon besoin d'être tous les soirs sur scène, dans des comédies, vient de là.

Ce one-man show s'inscrit dans ce besoin de faire rire ?
Oui, et pour la première fois, je suis également auteur. Pierre Palmade, persuadé que j'avais un humour très personnel, m'a poussé à écrire quelque chose qui me ressemble. Et je pense que ce spectacle reflète bien mon univers. Dans un seul-en-scène, on a la liberté d'apporter des modifications au fil des représentations, de réécrire ; il a ainsi beaucoup évolué depuis sa première version il y a deux ans. C'était une série de sketches, c'est devenu une comédie. L'esprit, lui, n'a pas changé : situations inattendues, références au théâtre de boulevard, humour britannique... Le monde peut s'écrouler autour de lui, mon personnage reste zen en toutes circonstances !
Interview par Samuel Ganes
Paru le 06/08/2014

-
Haut