Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Francesco Scolletta.
© Corrado Murlo


"Imitation of Death"
« Imiter c’est exister »
C'est à Bobigny, que vous pourrez découvrir cet ovni made in Italia Imitation of Death. Spectacle hybride entre théâtre et danse, mis en scène par le sulfureux Ricci Forte. Rencontre avec l'un de ses interprètes Francesco Scolletta.
Un hymne à la vie avant tout : « Ce spectacle est une célébration. Il s'agit de comprendre ce que veut dire être réellement vivant, en traçant la ligne fine de démarcation entre la vie et l'existence. Notre travail est inspiré par l'écrivain américain Chuck Palahniuk. C'est un travail qui passe par l'intime de chacun d'abord, puis chaque soir, les chutes, les essoufflements, les respirations coupées, la joie de se fondre avec les autres, la douleur du souvenir se mêlent, pour que chaque performers entre en communion avec le public qui partage violemment avec nous le frisson d'un retour à la vie. Le corps parle et s'exprime avec la même puissance évocatrice de la parole. Il est un instrument très puissant et nous avons l'obsession d'exprimer la puissance d'un corps vivant, libre, nu, libéré des oripeaux, des coutumes de scène qui en mortifient le sens. Ce n'est pas une chorégraphie figée mais un parcours qui est toujours profondément lié à notre zone émotive. Le corps doit parler, ne doit pas créer des formes. » Les spectacles de Ricci Forte sont souvent provoquant «La nudité, la sexualité et la violence sont des ingrédients de la vie de tous les jours, même s'ils ne sont pas toujours bien mélangés selon les doses recommandées par les instituts internationaux de santé, ce qui rend parfois les plats trop acides pour notre appareil digestif. Mais nous ne sommes pas dans la provocation, plutôt dans la dénonciation, abordant tout ça de façon spontanée et même poétique, en faisant entendre les asphyxies d'une société discriminatoire et, en Italie en particulier, encore très fortement bigote. Le corps ne ment pas et mesurer le scandale à travers les centimètres exacts d'épidermes exposés n'a rien à dire sur notre travail, mais plutôt exprime les pas que notre société incivile doit encore faire. Nudité du corps ou nudité de l'âme... qu'est-ce qui provoque le plus de tapage ? »
Zoom par Samuel Ganes
Paru le 18/11/2013

-
Haut