Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Marie Boissard
«Baby Blues» au Montmartre Galabru
depuis un peu plus de vingt ans, Marie Boissard trouve son bonheur sur scène et à l'écran, malgré les aléas de ce métier.
« Le plaisir et l'envie de jouer sont de parfaits antidotes à la peur du lendemain » dit celle qui est l'archétype même de la comédienne dont on se dit qu'on la connaît.. sans savoir où on l'a vue. Son explication? « La diversité des mes compositions et mon physique modulable, au café-théâtre, théâtre, ciné, à la télé et dans les publicités, m'ont certes permis de ne jamais être cloisonnée dans un quelconque registre -et j'adore ça-...mais le public n'a pas pu me rencontrer dans un personnage bien précis. C'est un constat, pas un regret ». Elle aime interpréter « des personnages d'apparence banale mais à la vie intérieure intense qui apparaît derrière un regard, une posture... Tout est question de sincérité et d'investissement. Si tu es sincère, tu peux tout jouer me disaient mes professeurs de théâtre ».

C'est dans cet esprit qu'elle joue Baby Blues, une pièce de Jean-Christophe Motte. En mère intrusive mais aimante, elle organise un casting d'épouse idéale pour un fils qui semble avoir un amour inavouable... D'âges et de parcours différents, les comédiens ont en commun la ligue d'improvisation, Marie étant quant à elle arbitre à la LIFI. « Nous racontons, avec la même exigence de qualité et de sincérité et sur le mode de la comédie, quelque chose qui pourrait exister dans la vraie vie car ces personnages sont universels ». Et ça, Marie adore car « raconter une histoire, c'est transcender la vie. C'est merveilleux ». Comme nous tous, non ?
Portrait par Caroline Fabre
Paru le 06/12/2013

-
Haut