Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Jacques Haurogné
Radio Trenet Au Vingtième Théâtre
Philippe Ogouz, Jacques Haurogné et Léa Gabriele nous invitent à redécouvrir la carrière du "fou chantant", replacée dans le contexte historique de son époque.
Qui est à l'origine de ce projet ?
Depuis notre collaboration sur Rutabaga Swing, Philippe Ogouz me tannait régulièrement pour faire un spectacle autour de Charles Trenet puisqu'il avait dit de moi que j'étais son successeur ! Le centenaire de sa naissance approchant, il a demandé à Jacques Pessis de travailler sur un livret original qui mêlerait comédie et musique. Le spectacle raconte l'histoire d'une station de radio des années 1937 aux années 1960. Ses deux animateurs, un homme et une femme, voient leur métier et la France évoluer, ce qui donne lieu à des discussions sur ce qu'est la vie, la guerre, l'engagement. Tout ceci est traversé par les chansons de Trenet et nous découvrons sa vie à travers elles, notamment l'explosion de sa carrière avec le swing et les rythmes nouveaux qu'il a apportés, quelques années après la naissance du cinéma parlant. Il a révolutionné la chanson - qui était jusqu'alors assez "poupoule" - en y apportant sa poésie, sa manière d'écrire si étonnante qui faisait entrer le surréalisme dans la chanson. Sa fantaisie et sa joie infinie ont donné du moral aux gens. Aujourd'hui le monde des arts manque cruellement de poètes. Peut-être parce que nous sommes dans l'ère de l'informatique... Nougaro disait de lui qu'il était immortel ; c'est ce que nous devons réussir à montrer !

Comment vous partagez-vous la tâche pour y parvenir ?
Léa Gabriele est la petite ingénue symbolisant la jeunesse, la joie de la découverte et qui vient déranger ce vieux grincheux de Philippe Ogouz qui préfère ce qui se faisait avant les années 1930... J'ai le beau rôle car je ne fais que chanter ! Comme au cinéma, il y a des ellipses ; nous passons d'une histoire à une autre grâce à des montages musicaux très judicieux. Nous voyons Trenet partir à la découverte du monde et revenir en France avec des chansons très fines, puis plus profondes et plus tristes dans les années 1950. Musicalement, nous serons accompagnés par Roger Pauly qui fut le pianiste de Trenet pendant vingt ans. Le montage sonore promet d'être formidable puisqu'il mêlera des déclarations de Pétain, de De Gaulle... et des publicités d'époque.

À quelle occasion Trenet vous a-t-il désigné comme son successeur ?!
En 1991, j'avais fait un récital avec lui au festival de Nyon devant 18.000 personnes et il m'avait dit : "Si un jour vous voulez enregistrer mes chansons, faites-le après que je sois bien mort parce qu'il risque d'avoir du succès". Sous-entendu : "ça m'embêterait" ! J'ai donc attendu plus de dix ans pour enregistrer un livre-disque aux Éditions des Braques avec l'orchestre du Splendid, Un jardin extraordinaire, qui vient de faire l'objet d'un spectacle pour enfants au Théâtre d'Ivry. Vous l'aurez compris, c'est mon année Trenet !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 20/12/2013

-
Haut