Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Ingrid Mareski


Jeff Panacloc perd le contrôle
Trash mais irrésistible
Voici un spectacle comme on a peu l'occasion d'en voir au théâtre. En plus, il est irrésistiblement drôle, alors courez-y !
Si vous avez découvert Jeff et Jean-Marc dans Le Grand Cabaret ou dans Vivement dimanche, vous connaissez le phénomène. Pour les autres, sachez d'abord que Jeff est ventriloque et Jean-Marc, le singe, une peluche. Alors, pourquoi Jeff perd-il le contrôle ? Parce que sa marionnette fait la loi ! Paraissant avoir mangé du lion, ou avalé quelque pilules dopantes, elle lui pourrit carrément son spectacle. Comment ? En tirant à boulets rouges sur tout ce qui bouge, le public, le décor, le metteur en scène, l'auteur et, bien sûr, Jeff, telle une mitraillette à vannes irrévérencieuses, salaces, racistes, et j'en passe. Alors, je serai claire : si un comédien se permettait de nous dire tout ça, j'en serais verte de rage.

Mais, bizarrement, par le biais de cette marionnette, non seulement tout passe, mais, en plus, comme l'ensemble du public, j'étais morte de rire d'un bout à l'autre et sans remords aucun. C'est sans doute également dû à la personnalité du comédien - et néanmoins auteur - qui paraît tout son contraire. Doux, calme, gentil, poli, il est le contrepoids parfait à cet affreux Jojo de Jean-Marc, qui, disons-le tout net, ne digère pas de savoir qu'il existe seulement parce qu'il a une main dans le c... ! Certes, c'est le spectacle d'un ventriloque et d'une peluche, mais, attention, il est souvent vraiment trash, vocabulaire à l'appui, et je vous déconseille fortement d'y venir avec de trop jeunes enfants (l'âge de dix ans me semble être le strict minimum).
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 23/05/2013

-
Haut