Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Cie Maranda


Thierry Surace pour "L’Odyssée burlesque"
La force des mythes, la douceur du burlesque
C'est au Vingtième Théâtre que se joue "L'Odyssée burlesque", qui revient sur cette célèbre épopée mythologique à travers une forme de cabaret musical. Rencontre avec Thierry Surace, qui en est l'adaptateur et le metteur en scène.
Thierry, d'où vous est venue l'idée de mélanger mythologie et cabaret ?
À la suite de conférences que je donnais, où j'abordais le mode de transmission par l'oralité de L'Odyssée, j'en suis venu à étudier le rébétiko, cabaret grec des années 1920, où les thèmes culturels et philosophiques essentiels se croisent pour chanter et parler du mal-être de tout homme. Trouver et accepter sa place, malgré le destin qui parfois s'amuse à vous éloigner de vous-même, de ceux qui vous sont chers, est un thème profond, humain, du cabaret grec et un thème essentiel de L'Odyssée. L'idée de ce spectacle était née.

Pourquoi L'Odyssée, précisément ?
Comme toutes les épopées, il a dans sa propre structure un ton qui est comique parfois, nostalgique ou tragique souvent, voire épique, avec un enjeu fort, et humain. Comment nous autres, gens de la scène, pourrions-nous ne pas être attirés par les thèmes de ce parcours initiatique: la peur des hommes, les ambitions, les regrets et remords, le temps qui passe, la vie qui s'échappe et nous échappe, le destin. L'Odyssée est composée de séquences, appelées des « chants », il m'était donc impossible de résister au plaisir de faire un tour de chant avec. Des Sirènes au Cyclope, des Lothophages à la guerre de Troie, la richesse des mondes traversés par Ulysse nous a offert des trésors d'inspiration et de tons différents pour créer des séquences visuelles et musicales aux couleurs multiples.

Du récit épique à la revue burlesque, on est dans un vrai mélange des genres...
La Compagnie Miranda a toujours affectionné ce mélange des genres, qui donne à ses créations une couleur baroque flamboyante. Le choix de représenter deux Ulysse - le héros épique, d'une part, qui vient « inspirer » le cabaret et, d'autre part, l'histrion comique surjouant les héros - crée un effet de miroir, l'un en face de l'autre, qui, à la façon baroque, crée une profondeur. Nous ne pouvions pas nous satisfaire d'un seul aspect du mythe et le prendre trop au sérieux. Ainsi, notre Ulysse « épique » porte le récit d'Homère dans la forme du texte original tandis que le monde du cabaret offre une lecture plus libre et insolente. C'est en cela que notre Odyssée est burlesque - le sens de burlesque est de « parler avec des mots de tous les jours de quelque chose de noble ». Rire avec L'Odyssée n'est pas une évidence, c'est ce que permet ce mélange des genres. Ces deux mondes cohabitent harmonieusement et finissent par se mêler l'un à l'autre, un ton influence l'autre ton pour trouver l'équilibre des atmosphères. Chaque genre, différent, opposé, finit par mettre en valeur l'autre genre... Avec suffisamment de respect pour l'œuvre antique, et suffisamment d'impertinence et de culot pour parler aux spectateurs d'aujourd'hui.
Interview par Samuel Ganes
Paru le 23/05/2013

-
Haut