Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Frédéric Bures


Only Connect
Au Vingtième Théâtre
Mitch Hooper jette un regard ironique sur le "nouveau désordre amoureux" - largement alimenté par les outils de communication, entre autres - à travers six personnages soucieux de redonner un sens à leur existence.
Mitch Hooper
auteur et metteur en scène


Percevez-vous les technologies de communication comme une aide ou une entrave à notre accomplissement ?
Elles ne changent pas la donne de la condition humaine. Ce sont des outils créés par des humains. Il ne s'agit pas de les diaboliser, juste de tenir compte de la complexité qu'elles ajoutent à la texture de notre vie.

La scénographie choisie peut laisser supposer que ces communications créent un labyrinthe virtuel à l'intérieur du labyrinthe qu'est le monde que nous percevons comme réel...
En plus des textes et images des divers ordinateurs et téléphones projetés sur l'écran, il y a une multiplicité de lieux et une simultanéité de l'action qui rendent toute représentation réaliste impossible. J'ai divisé le plateau en six zones et l'écran en six zones correspondantes. Notre scénographe a suggéré l'image d'un circuit imprimé, qui m'a effectivement fait penser à un labyrinthe.

Ce nouvel « écran » entre les êtres ne nous empêche-t-il pas de nous apporter nos parts de lumière en nous maintenant enfermés dans nos parts d'ombre ? Est-ce la finalité du développement intensif de ces technologies ?
J'ai l'impression qu'il obéit surtout à une logique commerciale trop rarement remise en question -?comme dans la plupart des autres domaines?- et qui ne tient pas compte du bien-être des gens. Même ceux qui pensent en profiter sont prisonniers de cette logique. Il y a une très forte pression sociale pour nous conformer aux modèles physiques et intellectuels que l'on nous propose. Les personnages d'Only Connect subissent cette pression comme nous tous et sont influencés dans leurs choix. Mais ils cherchent aussi autre chose, un vrai contact, une communication avec l'autre, qui dépasse ces modèles et relève plutôt du domaine du spirituel. Ils sont en quête de sens.


Didier Mérigou
comédien


« Après Chute d'une nation, qui est resté près de trois ans à l'affiche, Only Connect s'inscrit dans la suite logique de mes envies théâtrales. Mitch Hooper y dépeint avec une précision étonnante la difficulté pour chaque être humain à trouver sa place et l'amour dans cette société de la communication. J'ai été séduit par ses personnages, qui, en dépit de toutes leurs blessures, se battent pour avancer. Le mien est introverti, solitaire. Il vient d'être quitté par sa femme après seize ans de vie commune. Il n'a pas de problèmes d'argent mais des problèmes de communication ! Grâce à ses rencontres sur les réseaux sociaux, il va s'ouvrir, se découvrir, se tromper mais avancer vers une nouvelle vie et prendre le risque d'être acteur de son existence plutôt que spectateur... Ces technologies bouleversent nos manières de vivre. J'espère que les générations futures, directement concernées, deviendront maîtres et non esclaves de ces outils. J'utilise le Net et les réseaux sociaux, mais modérément et avec discernement. Ils peuvent générer de très belles rencontres, des découvertes, des partages. Néanmoins, je préfère privilégier la vraie vie. »
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 04/04/2013

-
Haut