Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Le Cercle de craie caucasien
Au Théâtre 13
Fabian Chappuis met en scène cette fable de Bertolt Brecht dans laquelle une servante prend sous son aile l'héritier d'un trône abandonné par sa mère après l'assassinat de son père par des révolutionnaires.
Quelles épreuves Groucha rencontre-t-elle sur sa route ?
Pour protéger l'enfant, cette fille de cuisine dévie du droit chemin, devient une fugitive et entraîne dans l'illégalité des personnes de sa condition. Elle devra affronter la faim, l'humiliation, mettre sa vie en danger, accepter un mariage arrangé, subir les violences de son époux. Elle deviendra, malgré elle, une forme d'incarnation de la liberté. Lors de son jugement, cette prise de conscience lui donnera la force de s'opposer ouvertement au pouvoir en place. Ses sacrifices et son courage feront d'elle une véritable mère, sans qu'elle développe pour autant un désir de possession. J'ai choisi comme décor deux plans inclinés manipulés à vue par les comédiens pour créer les espaces traversés par Groucha. Ces quelques éléments deviendront le portail d'une église, un caravansérail, la crête d'une montagne, l'intérieur d'une maison paysanne, les berges d'une rivière, un tribunal...

Pour quelles raisons faites-vous un lien entre cette histoire individuelle (dont la morale serait que la légitimité réside dans l'accomplissement des devoirs) et la question du droit du sol, qui ne pouvait être débattue en 1945 dans les mêmes termes qu'aujourd'hui ?
La pièce interroge les questions de la légitimité et de la filiation. C'est le prologue de la fable qui aborde le thème du droit du sol, où les habitants d'une vallée s'opposent aux nouveaux arrivants qui souhaitent la cultiver. Brecht répondait à l'époque aux nazis en donnant la légitimité à ceux qui voulaient créer des richesses pour le bien de tous.
Zoom par Alain Bugnard
Paru le 16/01/2013

-
Haut