Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Raphaël De Angelis
Molière…via la commedia dell’arte
"La Jalousie du Barbouillé" et "Le Médecin volant", deux pièces courtes de Molière, sont présentées par la Compagnie de L'Éventail au Vingtième Théâtre. Rencontre avec Raphaël De Angelis, le metteur en scène.
Pourquoi le choix de ces deux pièces courtes ?
Ce sont les deux premières pièces de Molière. Elles pourraient être jouées séparément, étant autonomes et sans lien. La première est une farce de structure classique qui développe un comique de situation et la seconde est une œuvre plus extravagante avec un rabelaisien qui côtoie burlesque et absurde. Mais le contraste apporte de l'intérêt justement à les jouer à la suite. Ce sont des farces, des canevas de commedia dell'arte que Molière a adaptés en français, après les avoir vus en Italie. Quelques années plus tard, il se servira de ces pièces pour écrire George Dandin ou Le Médecin malgré lui.

Le style commedia dell'arte s'est imposé ?

Notre premier désir était de remonter ces pièces comme à leurs créations. Les personnages de Molière étant inspirés des canevas italiens, nous avons gardé les costumes traditionnels, les masques en cuir, la gestuelle particulière. Dans la commedia dell'arte, par son écoute et ses réactions, le public est un acteur à part entière. C'est un style de jeu exigeant, très en écoute et physique, d'autant que ces deux farces se jouent sur un tempo soutenu et même endiablé.
Interview par Samuel Ganes
Paru le 23/05/2012

-
Haut