Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Margaux Eskenazi
pour “Hernani”
Après "Léonce et Léa" de Georg Büchner et "Quartett" de Heiner Muller, la metteuse en scène Margaux Eskenazi nous invite à redécouvrir "Hernani" de Victor Hugo au théâtre de Belleville. Rencontre avec une jeune artiste humaniste, au choix de textes atypiques et engagés.
Pourquoi ce choix d'Hernani ?
Dans le théâtre de Victor Hugo, il y a tout. Je me suis emparée de Hernani comme d'un cheval de bataille, ce n'était pas possible autrement. Il a écrit cette pièce à 28 ans et l'on y voit les prémices de ce qu'il développera ensuite dans son œuvre : la question du Grand Homme, du pouvoir autoritaire, du peuple agissant et incontrôlable. Cela restera toujours d'actualité et hautement universel. À l'époque - et pour moi c'est l'essentiel -, Hugo, c'est le scandale. Aujourd'hui encore, c'est une pièce qui réclame l'insolence sur la scène. Des gens se sont battus pour ou contre ce texte, au-delà de la bataille d'Hernani à sa création, ce texte reste sulfureux. Pour nous aussi le théâtre est une tribune, à la fois pour le public et pour les artistes qui le font exister.

Selon vous, est-ce une pièce exigeante ?

Oui, c'est une œuvre de combat. Tout va quand même très vite ! Parfois, on est très proche du rythme de Feydeau avec des entrées, des sorties en permanence, puis il y a des moments de pause, de répit. Oui, c'est exigeant pour les acteurs qui sont les pivots, les passeurs de cette parole, cette langue d'Hugo - en respectant la métrique des alexandrins - avec leur corps pour en porter les vibrations. Alors, les mots de l'auteur nous appartiennent et deviennent ceux de notre époque. Il y a un Mal du siècle et des préoccupations qui restent d'actualité de nos jours : le pouvoir et le contre-pouvoir, la révolution et les déceptions qui en découlent, mais aussi l'amour et la passion mortelle. Et peut-être que l'art, en l'occurrence le plateau théâtral, est le lieu d'expression de cette parole.
Interview par Samuel Ganes
Paru le 21/05/2012

-
Haut