Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

©Bruno Perroud


Franck Vincent
… entre Montaigu et Capulet
C'est sous la direction de Ned Grujic, qui a signé aussi la mise en scène du musical sur "Shrek", que l'interprète Franck Vincent se retrouve à jouer Frère Laurent dans "Roméo et Juliette" au Théâtre 14.
Franck, expliquez-nous l'originalité de ce Roméo et Juliette ?
Elle est à l'image du metteur en scène qui est serbe et qui a transposé l'histoire dans les Balkans - ce que je trouve très judicieux. Les Montaigu sont une famille de religieux orthodoxes très droits et les Capulet sont des gitans - avec tout ce que ça implique en conflit sous-jacent entre Roms et Serbes. On est dans le monde de Kusturica avec tout ce que ça suppose de violence, de noirceur, de beauté tzigane. Je trouve que la force slave épouse très bien le monde de Shakespeare, avec ces gens impulsifs, parfois excessifs. Sans être une comédie musicale, c'est un spectacle où l'on danse et il y a des chants en slavon aussi.

Vous avez d'ailleurs une vingtaine de pièces de théâtre à votre actif, et autant de comédies musicales...

Oui mais, à la base, je viens du théâtre. Puis un metteur en scène m'a proposé de jouer la plante dans La Petite Boutique des horreurs, je n'imaginais pas que ce rôle de plante carnivore allait m'ouvrir cette nouvelle voie. Les contacts et les rencontres m'ont poussé un peu, puisque sans jamais avoir pris de cours de chant, je suis allé passer les auditions pour le rôle de Dupont dans Tintin, qui s'est joué en Belgique, et j'ai été engagé. À partir de là, je me suis formé pour apprendre à chanter et j'ai continué, mais j'ai toujours abordé les chansons comme un comédien, par l'interprétation avant la performance vocale. Entre jouer et chanter, le vecteur d'émotion est différent, mais au fond, les ressorts sont les mêmes.
Interview par Samuel Ganes
Paru le 04/04/2012

-
Haut