Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Gaspard Leclerc


Les Liaisons dangereuses
Après le succès de "Good Canary", en 2008, John Malkovich revient à Paris avec une mise en scène des "Liaisons dangereuses". Une projection contemporaine du roman épistolaire de Pierre Choderlos de Laclos au sein de laquelle Sophie Barjac incarne le rôle de Madame de Rosemonde. Interview.
Quel regard la mise en scène de John Malkovich porte-t-elle sur Les Liaisons dangereuses ?
Un regard à la fois classique et contemporain, qui mélange le XVIIIe siècle et le XXIe siècle. D'un certain point de vue, le monde n'a pas changé depuis l'époque de Laclos, les êtres humains sont toujours les mêmes, avec les mêmes défauts, les mêmes envies, les mêmes abymes, les mêmes contradictions... Sans jamais juger les personnages de la pièce (ndlr, l'adaptation théâtrale du roman de Laclos est de Christopher Hampton, la version française est de Fanette Barraya), John Malkovich brosse un tableau assez pessimiste de la nature humaine. Il faut dire que Les Liaisons dangereuses n'est pas une petite comédie de mœurs inoffensive, mais une véritable danse de mort.

Une danse de mort au centre de laquelle apparaissent deux vautours...
Oui, deux vautours, deux vampires qui vont prendre dans les filets de leur perversité une jeune fille innocente (ndlr, Cécile de Volanges, interprétée par Rosa Bursztejn, aux côtés de Jina Djemba, Lazare Herson-Macarel, Mabô Kouyaté, Pauline Moulène, Lola Naymark). Le vicomte de Valmont (ndlr, interprété par Yannik Landrein) et la marquise de Merteuil (ndlr, interprétée par Julie Moulier), sont deux libertins manipulateurs, deux êtres fourbes, hypocrites, sans scrupules et sans pitié qui se livrent à un jeu cruel, à un duel plein de cynisme. Tout cela est vraiment très noir. Et l'une des grandes
réussites de la mise en scène de John Malkovich est de parvenir à nous faire rire de cette noirceur.

Quel rôle joue dans cette intrigue Madame de Rosemonde, le personnage que vous interprétez ?
Il s'agit de la tante de Valmont. John Malkovich a souhaité que je m'oriente vers un personnage plein de bonté, un personnage qui représente l'humanisme. Madame de Rosemonde est le pivot immuable de cette société du XVIIIe siècle, une société qui est en train de disparaître. Elle en est également la mémoire. C'est le seul personnage des Liaisons dangereuses qui bouge si peu. Elle voit tout, possède une grande sagesse. Elle est terrifiée par le comportement de son neveu, mais malgré cela, elle ne peut s'empêcher
de l'aimer.
Paru le 01/01/2010

-
Haut