Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Dominique Guillo
© Bruno Perroud


Avenue Q
Muppet show musical pour adultes
Le musical new-yorkais aux 10 millions de spectateurs et aux trois Tony Awards, qui cartonne partout dans le monde, arrive enfin à Paris au théâtre Bobino. Rencontre avec Dominique Guillo, qui est à l'origine de cette version française et qui en assure la mise en scène.

Revenons sur la genèse de ce musical.
Il s'est créé il y a presque dix ans à Broadway. Au départ, ce sont deux auteurs qui se retrouvent à 40 ans à la ramasse et sans un sou. Du coup, ils sont dans les quartiers populaires pauvres, les fameuses alphabet avenues de New York : avenue A, B, C..., eux sont Avenue Q. Ils se remettent en question, se disent qu'ils ont dû manquer quelque chose dans leur compréhension de la vie, dans leur éducation donc. C'est alors qu'ils vont avoir une idée qui était destinée à la base à faire une sitcom à la télévision. Les Américains grandissent avec Sesame Street, un muppet show pour enfants qui leur apprend les rudiments de la vie, eux veulent alors faire la même chose, mais pour les adultes.
Il y a ainsi de gros conseils de vie sur fond très ludique et très enfantin, avec ce mélange de marionnettes marrantes et d'humains, et ces musiques très "Broadway". Forme légère donc et fond très sérieux : on parle de racisme, d'argent, de la vie, de sexe... Tout ça de façon très drôle. Les marionnettes mettent une distance, et c'est Bruno Gaccio qui signe l'adaptation, son expérience des Guignols de l'info de Canal+ apporte beaucoup aussi.
C'est un spectacle totalement hybride. C'est déconseillé aux enfants, car les propos sont parfois sans détour. Pour information, les Américains sont très contents qu'Avenue Q arrive à Paris, et ça les a fait beaucoup rire quand on leur a dit que "avenue Q" voulait dire phonétiquement en français "avenue ass", l'avenue du cul, total hasard.

Hormis son succès, pourquoi vouloir monter ce musical en France ?

Si je laisse de côté sa qualité musicale et son humour, j'aime ce spectacle, car il est profondément humain et magique. On est face à ces marionnettes dans ces immeubles, dans un style intimiste et féerique, à la fois réaliste et onirique, totalement décalé. Alors, ils vont tous mal, ils ont tous des problèmes d'argent, d'amour, de sexe, ou de différences, par exemple, Trekkie Monster qui est un monstre poilu, devenu sexe addict en se réfugiant dans l'Internet à force d'être rejeté, regrette de ne pas avoir pu grandir dans une école de monstres et la tolérance des autres.
Ce n'est pas un cours de philo bien sûr, ça reste un spectacle divertissant, amusant et léger, mais on entend des choses importantes. Tout au long de ce spectacle, chacun cherche son but dans la vie et, à un moment, on dit à Princeton, le jeune premier : "Tant que tu n'as pas trouvé ton but, reste chez toi, regarde-toi dans une glace et trouve ce que tu veux faire de ta vie, car tant que tu n'as pas trouvé cela, tu ne peux pas avancer." Et c'est vrai que quand tu ressors de ce spectacle, tu as la pêche et tu as juste envie de trouver ton chemin et d'aimer ta vie.
Interview par Samuel Ganes
Paru le 26/02/2012

-
Haut