Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Christelle Reboul
© Bruno Perroud


La Religieuse
“Que ces portes s’ouvrent et que le feu prenne à la maison !”
Christelle Reboul nous parle de ce texte de Denis Diderot, qu'elle interprète et qu'elle a adapté avec la double complicité de Marie-Laurence Tartas. Sur une mise en scène de Nicolas Vaude, c'est au théâtre du Ranelagh que va se jouer cette création.
Tout est parti d'un coup de foudre : "J'ai découvert ce texte grâce à Nicolas Vaude qui jouait Le Neveu de Rameau de Diderot à l'époque, et qui a organisé des lectures sur cet auteur qu'il affectionne tant. Il m'a confié ce roman et il y a eu immédiatement une véritable résonance en moi. J'ai reçu une éducation protestante très forte, j'ai connu ce poids d'une religion omniprésente. Je savais aussi que le film de Jacques Rivette qui adapte cette histoire, avait été censuré et donc que ce texte est sulfureux, encore aujourd'hui.

C'est un texte contre l'Église catholique, mais surtout contre toute forme de dogme religieux et obscurantiste. En l'adaptant, on voulait garder cette âme froide et dure du XVIIIe siècle, avec toute la beauté de la langue. On voulait aussi une viole de Gambe, ancêtre du violoncelle et que ce spectacle apparaisse comme un cauchemar - qu'un interprète joue plusieurs rôles alimentent aussi cette vision avec les mêmes visages qui reviennent à travers les rôles des pères et mères.

On est dans un drame avec quelque chose de surnaturel et d'étrange." Même si le registre comique est plus dominant dans son parcours : " J'aime revenir à la tragédie. Il y a une volonté de changer, de pas être catalogué aussi, de ne pas m'enfermer dans un style particulier, et c'est sûrement pour ça que La Religieuse me plaît tant : c'est une femme qui refuse qu'on l'enferme, c'est un cri
féministe fort."
Zoom par Samuel Ganes
Paru le 14/12/2011

-
Haut