Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Olivier Martin-Salvan
Ô Carmen
Olivier Martin-Salvan est de retour à Paris au Théâtre de Belleville avec son one-man-show opératisque, accompagné au piano par Lucie Deroïan et Anne Thomas, sur une mise en scène de Nicolas Vial.
Qu'est-il arrivé à "Ô Carmen" depuis sa création en 2009 au Rond-Point ?
J'ai présenté le spectacle une cent cinquantaine de fois dans toute la France, à La Réunion, en Algérie, en Belgique et en Suisse. Nous organiserons une nouvelle tournée la saison prochaine qui sera probablement la dernière. Le spectacle s'est considérablement bonifié depuis ! Mon objectif est de jouer 70 personnages et d'interpréter toutes les tessitures de voix de la partition de Bizet, du baryton à la soprano ! J'ai donc beaucoup progressé vocalement en prenant des leçons de chant lyrique et physiquement, j'arrive (j'essaye) d'atteindre une virtuosité malgré mon physique de pilier de rugby !

Comment le public réagit-il à cet opéra clownesque où un seul homme se propose de lui raconter la vie d'un opéra côté coulisses ?

Les enfants reçoivent un spectacle très physique, spectaculaire, une sorte de dessin animé, comme le dit souvent Nicolas Vial ! Les adultes se régalent de redécouvrir les airs de cet opéra mythique interprétés de cette manière ! Nous avons fait un réel travail de journalisme pendant près de deux ans auprès des gens du métier. La soprano Natalie Dessay nous a confié : "Les gens éclatent de rire sur des choses que je vis et entends toute l'année sur des productions !" D'une manière générale, les gens apprécient ma performance : je sue beaucoup et je crois qu'ils sont sensibles au fait de voir quelqu'un réaliser quelque chose d'a priori impossible !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 20/12/2011

-
Haut