Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Michel Marizy


Soif
In vino veritas
L'amitié c'est comme le bon vin, il faut la laisser respirer.

Trente ans que cet homme et cette femme ne s'étaient pas vus... Là où la relation aurait pu s'éventer, elle a gagné en profondeur, en rondeur, elle devenue charnue.? Sera-t-elle charnelle ?
Les copains d'avant, version huis clos ! C'est bon de retrouver un ami après de très longues années. On se remémore les souvenirs, les joies, les peines, les coups de gueule, les coups de cœur. Comme quand on retrouve un copain de régiment. Mais quand Fred Nony recroise son vieux pote au détour d'une soirée au restaurant, il s'agit de Corinne Touzet. Et elle n'a rien d'un copain de régiment. Elle est toujours ravissante, drôle... mais elle est aussi désirable. En l'invitant à un dîner auquel leurs conjoints respectifs ne peuvent finalement pas assister, ils vont se retrouver face à face. Les bonnes bouteilles qui vont se succéder vont délier les langues.

Pour cette création, Fred Nony a voulu explorer les limites de l'amitié homme-femme. La pièce aurait pu être générationnelle, s'adressant à ceux qui traversent la crise de la cinquantaine. Finalement, ce thème s'adresse à tous. Seules l'expérience et la maturité en changeront la forme, mais l'envie et le désir qui peuvent naître entre deux êtres ne connaît pas d'âge. En proposant le rôle féminin à Corinne Touzet, il donne l'occasion à la "femme d'honneur" de TF1 de prouver qu'une comédienne de télévision a les épaules pour s'approprier un texte au cordeau. "C'est lourd, c'est dur, c'est riche. C'est vraiment chaud. C'est ça dont j'ai besoin", confie-t-elle.

Épicurien et bordelais, Fred Nony a voulu se servir du vin comme fil "vin" rouge de sa pièce. Il adore ces moments de début de griserie propices aux confidences, s'appropriant les mots de Jean Carmet : "Qu'est-ce que c'est bon de se boire un sauvignon raide comme un coup de trique et de refaire le monde !" Un univers qui n'est pas pour déplaire à Corinne Touzet. Pompeusement décorée du titre de "grand pilier châblaisien", elle a même constitué une cave depuis une quinzaine d'années. Et si elle ne conçoit pas de "perdre le contrôle" sous l'effet de l'alcool dans sa vie personnelle, elle se retrouve dans la dimension "rabelaisienne" de ce huis clos.

Au-delà même de l'histoire de l'amitié homme-femme et de ses limites, c'est toute la question du choix entre les regrets et les remords qui se pose aux personnages sur scène, tout comme aux comédiens qui les interprètent. Faut-il regretter quelque chose que l'on a fait, ou avoir des remords de ne jamais l'avoir tenté ? Corinne Touzet l'assume : elle ne veut pas avoir de regrets, parce qu'elle ne veut pas devenir un jour une actrice aigrie. Fred Nony le revendique : "Des remords, j'en ai déjà, donc les regrets, je vais les éviter."
Zoom par Frédéric Maurice
Paru le 29/09/2011

-
Haut