Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Rodolphe Gautier
Déjà vingt ans, en juin dernier, que cet ancien vidéaste, spécialisé dans la captation de courses de bateaux, reprit, avec quelques-uns de ses camarades du lycée Carnot, l'exploitation du Théâtre de l'Européen... qui fêtera quant à lui ses 140 ans en 2012 !
Quels temps forts choisiriez-vous d'évoquer pour esquisser l'histoire de la salle sous votre direction ?
Il est difficile de citer tous les artistes ou spectacles qui ont créé les temps forts de ces vingt dernières années ! Il y en eut heureusement beaucoup ! Chaque nouvelle saison révèle de vrais petits bijoux, que ce soit lors d'un concert d'un soir, ou lorsqu'un humoriste ou un conteur s'installe pour plusieurs semaines. Je peux toutefois vous dire que Métamorphoses de la marionnettiste et danseuse allemande Ilka Schönbein, ou Le Banquet de la sainte Cécile de Jean-Pierre Bodin m'ont particulièrement marqué. Je suis aussi très heureux d'accueillir régulièrement Frankie O'Right, performer aux multiples talents.

Chaque salle parisienne a sa personnalité propre. Quelles particularités avez-vous souhaité donner à L'Européen ?

La plus importante consiste dans le choix de n'accueillir qu'un seul spectacle par jour - en général à 20 heures ou 20 h 30, selon la période de l'année. Cela permet aux artistes de jouir d'un confort que ne leur offrent pas toutes les salles : ils se sentent chez eux et peuvent arriver dans leur loge quand ils le désirent, sans avoir à attendre que la place se libère, et y rester autant qu'ils le souhaitent à l'issue du spectacle ! Je trouve que c'est également plus respectueux pour le public qui n'a pas à patienter sur le trottoir entre deux représentations, ni l'obligation de libérer rapidement le hall qui reste un espace de rencontre privilégié entre les spectateurs et l'artiste. La disposition de la salle et son cachet font qu'elle est aussi très demandée par les producteurs : la louer me permet ainsi de financer les spectacles pour lesquels je vais avoir une démarche de programmateur producteur.

Quel spectacle présenterez-vous cet été ?

Celui d'Olivier de Benoist, auquel vous avez déjà consacré une place de choix dans vos colonnes ! Je reste encore impressionné par sa redoutable énergie, son humour irrésistible et sa capacité à écrire aussi vite et bien !

Quels sont vos coups de cœur parmi les spectacles de la saison à venir ?

Le spectacle sur lequel je voudrais attirer l'attention s'appelle Déshabillez Mots, à l'affiche à partir du 11 septembre - ce sera encore l'été ! Il s'agit de l'adaptation pour la scène de chroniques radiophoniques qui furent diffusées trois étés durant sur France Inter. Deux comédiennes, Léonore Chaix et Flor Lurienne, se livrent à un interrogatoire de mots brillamment choisis et les font vivre avec beaucoup d'humour et de charme. Le propos est intelligent, instructif et à aucun moment ennuyeux. C'est selon moi un très bon spectacle servi par leur complicité et la
Interview par Alain Bugnard
Paru le 05/09/2011

-
Haut