Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Christophe Raynaud


Julie-Marie Parmentier
dans “On ne badine pas avec l’amour”
C'est l'un de ses premiers rôles à la Comédie-Française. Julie-Marie Parmentier incarne le personnage de Camille, dans la célèbre pièce d'Alfred de Musset que met actuellement en scène Yves Beaunesne, au théâtre du Vieux-Colombier.
On ne badine pas avec l'amour commence comme une comédie pour prendre, peu à peu, des accents plus dramatiques. Qu'est-ce qui constitue, selon vous, le cœur de cette pièce ?

Pour moi, tout tourne autour de l'incroyable amour qui unit les personnages de Camille et Perdican (ndlr, ce dernier personnage est interprété par Loïc Corbery ; on retrouvera également sur scène Roland Bertin, Pierre Vial, Christian Blanc, Suliane Brahim et Danièle Lebrun). Un amour trop grand pour eux, un amour qui les dépasse. Je pense d'ailleurs que tout est dans le titre : on ne badine pas avec l'amour ! D'une certaine façon, Camille et Perdican représentent chacun une métaphore amoureuse.

Qu'entendez-vous par là ?

C'est comme si l'un et l'autre incarnaient une représentation de l'amour. Et comme l'amour prend ici des formes très différentes, des tensions et des torsions se font jour. Camille vit l'amour comme une foi, comme une croyance en l'éternel, alors que Perdican, lui, se positionne plutôt dans une jouissance immédiate de la vie. Cette pièce est très étrange. Elle peut sembler simple et légère, comique même à certains moments et, pourtant, elle est d'une puissance abyssale.

Vous êtes entrée à la Comédie-Française en octobre dernier. Que représente, pour vous, l'idée de troupe et, plus spécifiquement, la troupe de la Comédie-Française ?

Mon entrée à la Comédie-Française a été pour moi une grande surprise. Je crois d'ailleurs que je ne m'en suis pas encore totalement remise ! Plus le temps passe, plus je suis sous le charme de cette Maison. Je crois que je suis en train d'en tomber amoureuse ! J'ai commencé à faire du théâtre à l'âge de 9 ans. C'était dans une troupe amateur de théâtre de rue. Quand j'ai travaillé avec le metteur en scène André Engel, j'ai retrouvé cet esprit de troupe. Évidemment, cet esprit est aussi profondément ancré dans la vie de la Comédie-Française. Les Comédiens français sont des artistes dévoués, des artistes qui se dédient au théâtre, au public ainsi qu'aux autres membres de la troupe.

Comment pourriez-vous caractériser l'âme de cette troupe ?

Il y a à la Comédie-Française un esprit d'entraide et de solidarité impressionnant. C'est, pour moi, comme une grande école. Ici, j'apprends tous les jours quelque chose. La devise de la Comédie-Française est "Simul et Singulis", ce qui signifie "être ensemble et être soi-même". Je crois que cette devise témoigne assez bien de l'esprit et de l'âme de cette troupe.
Interview par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 07/06/2011

-
Haut