Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Vineta ou la République des utopies
Lisa Wurmser nous invite à découvrir cette fable contemporaine de l'auteur allemand Moritz Rinke, évocation poétique de nos civilisations conduites au bord du gouffre par des élites perverses et dégénérées.
"Je me bats depuis des années pour qu'au théâtre l'argent ne dicte pas sa loi. Le théâtre a renoncé à ce qui fait sa singularité : de grands textes avec un nombre important de personnages. Je préfère renoncer à un décor qu'à une troupe..." La quinzaine de mises en scène de Lisa Wurmser - parmi lesquelles La Bonne Âme du Se-Tchouan de Brecht ou Le Maître et Marguerite de Boulgakov -témoigne en effet de sa volonté de lutter contre le concept régressif et orwellien de diversité au théâtre.

"Pour écrire 'Vineta', Moritz Rinke est parti d'un fait divers, celui d'une entreprise allemande qui, pour ne pas licencier ses cadres et les indemniser, les a fait travailler sur un projet qui n'existait pas. Ces employés ont alors fini par tomber en dépression et partir d'eux-mêmes... Le sujet est ici traité de manière fantaisiste et profonde. On se situe dans la veine burlesque des 'Monty Python', de 'Brazil' ou de 'La Méthode Grönholm', comme il est question du monde de l'entreprise et de la manipulation des salariés. Il s'agit d'un polar noir et tragique, un brin tchékhovien avec ses neuf personnages âgés de 20 à 70 ans et qui décrivent la fin d'un monde.

Nous assistons à des luttes de pouvoir et Rinke va très loin dans la destitution et la démoralisation de ses personnages. L'action se déroule dans une villa en Allemagne de l'Est, proche de l'île censée accueillir le projet de cité idéale - Vineta étant, selon une légende allemande, une île engloutie au nord de la mer Baltique dont les habitants étaient cupides et dépensiers... Le public est interpellé par ce projet de ville refuge à l'heure où notre civilisation se retrouve dans une impasse."
Zoom par Alain Bugnard
Paru le 07/05/2011

-
Haut