Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Marie Piton et Philippe Vieux
Bruno Perroud


La Méthode Grönholm
Quatre candidats en lice pour le poste de directeur commercial d'une entreprise prestigieuse, jetés en pâture à des recruteurs invisibles : tel est l'objet de cette pièce à l'humour dévastateur signée Jordi Galceran, révélant l'implacable modèle de société vers lequel nos sociétés glissent irrésistiblement. Lionel Abelanski, Yannis Baraban, Marie Piton et Philippe Vieux, dirigés par Thierry Lavat, mènent tambour battant cette comédie grinçante aux allures de thriller psychologique.
Lionel Abelanski

"Thierry Lavat nous avait déjà réunis autour de cette pièce il y a quatre ans avec une production espagnole. Mais celle-ci s'est retirée du projet en 2008, au moment de la crise, craignant sans doute de perdre de l'argent. Thierry a fini par récupérer les droits...", explique Lionel Abelanski, qui fut dernièrement à l'affiche de Miam miam d'Édouard Baer et qui avait débuté sur les planches en 1989 sous la direction de Gilles Cohen dans Un mouton à l'entresol. "La pièce fut écrite en catalan, montée à Barcelone, puis à Madrid et, pour finir, un peu partout dans le monde. Elle fut librement adaptée au cinéma en 2005, mais le film insistait davantage sur l'aspect social - l'humour y était moins présent -, et avait délaissé la structure initiale de huis clos avec unité de temps et de lieu." Lionel joue ici le rôle de Marc, "un garçon extrêmement ambitieux. Décrocher ce job est pour lui primordial : il est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Plus l'action progresse, plus son acharnement devient compréhensible : le système auquel il se soumet le pousse à agir sans vergogne, à se montrer hyperindividualiste et à écraser l'autre. Ce qui est la réalité du marché du travail et de la société que l'on est en train de nous construire. Il est difficilement excusable, dans la mesure où il est capable de tenir des propos monstrueux, mais sa sincérité le rend par moments attachant...
La relation que nous instaurons avec le public est assez insolite : ses réactions influent sur la manière dont nos personnages réagissent aux révélations qui sont faites sur leur vie intime. Cette qualité d'échange jubilatoire, suffisamment rare pour être signalée, nourrit chaque soir notre travail de composition !". À noter que Lionel sera prochainement à l'affiche de L'Art de séduire de Guy Mazarguil, aux côtés de Mathieu Demy et Julie Gayet.


Yannis Baraban


Yannis, qui fut à l'affiche de Bent de Thierry Lavat ou de La Nuit des rois de Nicolas Briançon, incarne ici un cadre bon chic bon genre au sourire enjôleur : "Charles Bon est directeur marketing d'une grosse entreprise et postule à ce poste afin de progresser en termes de salaire et de standing. Il arrive assez à l'aise, assez sûr de lui, persuadé que ce poste est pour lui, et se soumet avec plaisir à ces tests pour montrer à quel point il est compétent ! Cette pièce à la mécanique redoutable me fait penser à certains films à suspense américains avec un deus ex machina. Je trouve le point de vue adopté pour parler du monde de travail et de l'entretien d'embauche, particulièrement intelligent, drôle et cinglant. La situation, même poussée à l'excès, ne paraît pas incroyable, chacun connaissant la réalité des entretiens d'embauche. La méthode de recrutement employée ici est influencée par le concept de téléréalité. Les spectateurs sont désormais habitués à ce genre de mises en abyme, de provocations et de déstabilisations. Ce qui aurait paru extrêmement choquant il y a une vingtaine d'années ne l'est plus. La téléréalité a considérablement réduit la sphère du privé puisque l'intime est devenu spectacle et l'impudeur a fait place à la discrétion. Ainsi conditionnés, certains découvrent une nouvelle manière d'exister sur Internet. Ce qui est un véritable danger pour les salariés : dès l'entretien d'embauche, puisque les employeurs font un maximum de recherches sur le Net pour se préserver de futurs problèmes de compatibilité, et en cours d'activité, puisqu'il est désormais possible de virer quelqu'un qui a émis des critiques sur ses supérieurs via Facebook ! Ce portail a réussi en cinq ans là où les Soviétiques avaient toujours échoué, à savoir inciter les gens à se livrer corps et âme... Le sentiment de paranoïa qui envahit notre quotidien est aussi très présent dans le spectacle, chacun des personnages se demandant à quelles fins ils se laissent complaisamment menés par des mains invisibles..."
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 15/03/2011

-
Haut