Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Elliot dans “J’me sens très glad”
Burlesque et rock attitude
Éric Jenicot, alias Elliot, vient parfois nous voir en France et c'est tant mieux pour tous les spectateurs qui aiment sortir des sentiers battus. Originaire de Belgique, il parcourt le monde pour jouer, en français ou en anglais, des spectacles universels et tout public. Celui-ci ne fait pas exception à la règle puisqu'on y trouve pêle-mêle un chien à l'arrêt, une ache ardennaise, des crabes antillais et un blaireau parisien, des films d'action, un crooner, un spray malicieux, une guitare pleine de riffs d'enfer, des jeux vidéo, un conte pour enfants, du sport... Le tout orchestré par un enfant qui rêvait de devenir gladiateur et un ado qui s'est nourri de rock et de disco, de déhanchés façon Mick Jagger et de mimiques à la Jerry Lewis. Comme ce dernier, Elliot a toujours conservé quelque chose de l'enfant qu'il était. Sans doute est-il définitivement un "adulescent" et s'il monte sur scène, c'est d'abord pour nous divertir et nous faire rire. Pour y parvenir, il fait appel au burlesque et au mime, à la musique et à la chanson comme aux vannes de potaches, saupoudre le tout d'extravagance et de poésie et ne ménage pas sa peine. Car il est de ces artistes qui mouillent leur chemise pour le public. De ceux qui veulent nous rendre heureux, avec une générosité sans borne, une présence animale et une énergie à bouffer du lion. Alors pas étonnant que ce clown des temps modernes monte sur scène comme on entre dans l'arène et que le public l'adopte quasi
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 13/01/2011

-
Haut