Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Samuel Perche
© Bruno Perroud


Un cœur en herbe
Un cœur en morceaux…
Après leur spectacle sur les frères siamois, "Doubles", les frères Botti nous reviennent dans un registre plus drôle et doux, avec la comédie "Un cœur en herbe" au Théâtre Clavel. Une pièce de Christophe Botti, qu'il a mise en scène avec son frère et dans laquelle joue un trio de choc : Philippe Raimbaud, Samuel Perche et Romain Poli.
Christophe Botti

Scénariste, auteur de pièces de théâtre, comédien, metteur en scène et réalisateur aussi, il réalise l'essentiel de son travail avec son jumeau, Stéphane : "J'ai créé avec mon frère la Compagnie des Hommes Papillons il y a plus de dix ans, tournée vers le registre contemporain et essentiellement sur mon travail d'écriture, qui représente une trentaine de pièces dont Lits et autres possibilités, Doubles ou Frères du Bled. Celle-ci va d'ailleurs se jouer en mars-avril, au Vingtième Théâtre dans une mise en scène de Thierry Harcourt, elle évoque les conséquences de la guerre d'Algérie sur une famille française. Et au sein de tous mes écrits, il y a l'histoire d'un jeune gay, Mathan, qui se poursuit et s'inscrit dans une trilogie qui reflète chaque époque de sa vie de ses 16 à 27 ans : Un cœur sauvage, Un cœur en herbe et Un cœur de père. On a monté Un cœur de père de 2003 à 2004, c'est la pièce qui termine la trilogie, on les a créées dans le désordre un peu comme Star Wars. De 2006 à 2007, Un cœur sauvage qui est le début, et aujourd'hui, celle qui s'intercale entre les deux : Un cœur en herbe.

Dans cette pièce, il y a trois hommes à trois âges différents : 20, 30 et 50. C'est un questionnement sur la vision de la vie, le ressenti et le rapport à l'amour, au couple, au sexe, à la séduction et, donc, à notre place sociale, selon notre âge. Pour Mathan, c'est encore une nouvelle frontière à passer : c'est le passage initiatique du moment où vos croyances intérieures, vos attentes et vos espoirs de jeune adulte se cognent à la réalité du monde. Il y a alors une désillusion nécessaire pour devenir adulte et responsable."

Samuel Perche

Il commence dans la pièce Le Squatt mise en scène par Macé-Dravel au théâtre de La Madeleine, poursuit avec la série La vie devant nous et plusieurs courts-métrages avant de quitter volontairement le milieu artistique. Il revient avec cette pièce : "J'avais pris le large oui, et sans le vouloir je suis revenu au théâtre en mettant en scène Jean-Philippe Set dans Le Jardin des dindes au théâtre des Blancs-Manteaux.

J'ai retrouvé cet univers qui m'avait manqué et je me suis remis sur les rails. À la première lecture de cette pièce, j'ai été impressionné par le style très réaliste. Il y a un côté voyeur et introspectif, on est à l'intérieur de l'appartement parisien d'un couple gay, on fait débarquer un jeune et on regarde ce qui se passe. C'est drôle ! Et il y a cette vérité sur l'intimité de chacun, on voit leur face cachée, leurs failles. Pour moi c'est une réflexion autour de l'amour. La thématique du couple est inépuisable bien sûr, mais est-ce que l'amour c'est seulement un couple ? Parfois, pas juste une aventure sexuelle ou une rencontre non assouvie ?"

Romain Poli

Il commence en jouant Le Petit Prince à 14 ans, puis se forme dans deux écoles avant de tenir des rôles dans des pièces, surtout classiques, avant d'aborder un registre plus contemporain: "Jouer dans cette pièce est une suite logique de mon parcours, je continue ce que j'ai commencé avec des pièces comme Entre vos murs ou encore Mauvais Garçon, il y a cette respiration plus moderne, des personnages plus proches de moi. Cette pièce est une vraie comédie dramatique, elle a quelque chose de sensible et, cependant, on est toujours entre humour et émotion.

Ce qui m'a touché en premier lieu c'est ce constat sur l'homo vieillissant. Les thématiques multiples qui en résultent, échappent au stéréotype homo pour s'universaliser : qu'est-ce que c'est de vieillir aujourd'hui qu'on soit homo ou non, car nos sociétés sont basées sur l'image ? Qu'est-ce que c'est de plaire ? Physiquement ou intellectuellement ? Qu'est-ce que c'est que d'avoir de l'expérience et de vouloir la transmettre ? Qu'est-ce que c'est d'être jeune et de rejeter aussi ce savoir, la sagesse ? C'est une pièce humaniste avec des questions sur l'humain."
Dossier par Samuel Ganes
Paru le 29/09/2010

-
Haut